Améliorer la qualité du cacao – CHROMACC – Semaine du 04 Septembre au 10 Septembre

I. Marché du CACAO

I.1 Situation du marché international

I.1.1 Les marchés à terme

 

L’abondance du cacao et la fermeté de la livre sterling (qui incite à acheter la fève sur le marché New-Yorkais et vice-versa) ont pesé sur les cours du cacao.

A Londres, le kilogramme de cacao valait 1 052 FCFA vendredi 08 Septembre contre 1 095 FCFA vendredi 01 Septembre. A New York, le kilogramme de cacao était à 1 068 FCFA le même vendredi 08 Septembre contre 1 078 FCFA sept jours plus tôt.

 

Fèves de cacao séchées

 

I.1.2 Les principaux pays producteurs

 

La Côte d’ivoire : vers une réduction des taxes sur le cacao ?

En Côte d’Ivoire, l’exécutif envisage de réduire les taxes à l’achat et à l’exportation du cacao durant la prochaine saison. La manœuvre vise l’augmentation du prix minimum au producteur. Cette hausse devrait permettre au pays de réduire la contrebande vers le Ghana qui pratique aujourd’hui des tarifs plus attractifs, incitant les producteurs ivoiriens à y écouler leur production.

La production ivoirienne est sur des volumes d’environ 35% supérieurs à ceux de la campagne dernière. Les exportateurs estiment à près de 2 millions de tonnes les arrivages au 03 septembre. La prochaine campagne s’annonce certes en baisse, mais sans doute pas tant que cela, estiment les analystes, entre 1,72 et 1,75 millions de tonnes. Il reste à savoir si cette quantité sera suffisante pour permettre au surplus mondial de se résorber et donc, relancer la hausse des cours mondiaux.

Au Ghana : à la fin août, les achats cumulés de cacao par le Cocobod sont « au dessus de 900 000 tonnes et plus proches de 950 000 tonnes » a indiqué le Directeur Général adjoint du Board. Ceci est nettement au-dessus des prévisions qui avaient été de 850 000 tonnes sur la campagne 2016-2017 qui s’achève.

L’Indonésie, à la fois producteur et importateur des fèves, devrait acheter 180 000 tonnes sur le marché mondial cette année. Un volume en forte hausse par rapport au 60 000 tonnes importées en 2016, a indiqué mardi le Directeur exécutif de l’Association Indonésienne de l’Industrie du Cacao, Sindra WIJAYA. Cependant, la production nationale chuterait de 15%, à 290 000 tonnes en 2017 contre 340 000 tonnes l’année dernière. En cause, un verger cacaoyer vieillissant et un désintérêt pour la culture face à d’autres spéculations plus lucratives.

 

Cabosses de cacao

 

I.1.3 Actualités de la filière en interne

 

Au Cameroun, la qualité du cacao camerounais ne s’améliore pas En dépit des mesures prises depuis des années. Selon l’ONCC, plus de 95% des fèves exportées en 2016/17 étaient du Grade II, contre 97% l’année précédente.

Les initiatives entreprises pour la campagne 2017/2018 par le Gouvernement, notamment l‘instauration de la prime qualité qui est versée aux acteurs qui se seront démarqués par la qualité de leur production et les Centres d’Excellence, contribueront à endiguer ce problème.

Par ailleurs, depuis la mi-juillet 2017, le prix moyen bord champ est en deçà de 900 Fcfa, selon le Système d’Information des Filières (SIF). Ce prix culmine à 875 Fcfa depuis lors. Et pourtant lors du démarrage de la campagne 2016-2017 le prix moyen du cacao se négociait à 1 400 Fcfa/kg. Soit une différence de 525 Fcfa. Soulignons tout de même qu’à Douala le prix du cacao embarqué a perdu près de 25 Fcfa/kg entre les vendredis et 8 septembre 2017 (SIF), pour terminer à 940 Fcfa/kg. Les prix entrée magasin restant les mêmes : 875 Fcfa/kg – minimum et 900 Fcfa/kg – maximum.

Pages: 1 2