Skip links

Bonnes Pratiques

L’instauration généralisée des bonnes pratiques, tant agricoles que commerciales, est le principal défit que doit relever l’Interprofession. Depuis la libéralisation de la commercialisation et l’abolition du monopole de l’Etat, l’absence d’un dispositif autoritaire et répressif a favorisé l’indiscipline à tous les niveaux de la filière. Le fait que certains opérateurs abandonnent les bonnes pratiques, fait subir de lourdes conséquences à toute la filière. L’origine ‘Cameroun’ a perdu ses primes d’antan.

Par ailleurs, avec l’évolution de la réglementation internationale qui repose essentiellement sur la sécurité sanitaire des aliments, les mauvaises pratiques exposent les produits de notre origine à un rejet au niveau des ports européens. Les efforts pour améliorer cette situation doivent se poursuivre en s’intensifiant.

  • Améliorer la qualité du cacao et des cafés,
  • Instaurer transparence et fluidité dans la commercialisation interne,
  • Instaurer la confiance entre les opérateurs,
  • Crédibiliser l’origine ‘Cameroun’ sur le marché international.
  • Améliorer la qualité du cacao et des cafés,
  • Instaurer transparence et fluidité dans la commercialisation interne,
  • Instaurer la confiance entre les opérateurs,
  • Crédibiliser l’origine ‘Cameroun’ sur le marché international.

Il s’agit essentiellement de la sensibilisation sous diverses formes. Principales activités :

  • Campagnes médiatiques (télé, radio, affichage, SMS),
  • Actions à travers les Ecoles paysannes,
  • Ateliers et débats dans les bassins de production,
  • Voyages d’échanges entre opérateurs.