Skip links

Le directeur général de la SODECAO parle de la relance de la filière

Du 20 au 22 Mars, la SODECAO a organisé à Ebolowa un atelier en vue de l’adoption d’un plan de relance de la cacaoculture. Pour le directeur général de la SODECAO Jean Claude Eko’o Akouafane, la méforme actuelle de la filière cacao au Cameroun trouve son origine dans la crise qui a frappé le pays dans les années 80-90. Ce qui a conduit à des plans d’ajustement qui ont prôné le désengagement de l’Etat du secteur de production. « Nous souffrons d’un sous-investissement dans ce secteur, qui concerne tous les segments de la filière. Actuellement, nous décrions une absence criarde de matériel végétal de qualité » explique jean Claude Eko’o Akouafane par la suite.

Concernant les mesures arrêtées lors de l’atelier d’Ebolowa à l’occasion duquel étaient réunis une centaine d’experts, le directeur de la SODECAO révèle que 3 piliers ont été identifiés : la résolution de la faiblesse des rendements et de fertilisation des sols ; l’amélioreration de l’attractivité, qui repose selon lui sur une remise à niveau de toutes les ressources (humaines, financières et matérielles) ; l’incitation à la transformation qui permettra au pays de gagner en valeur ajoutée.

Le plan de relance de la cacaoculture adopté par la SODECAO après l’atelier d’Ebolowa devrait s’étaler sur la période de 2020 à 2027. Délai tout à fait raisonnable pour Jean Claude Eko’o Akouafane, à condition que les moyens suivent.

 

Source: Cameroun Tribune parut le Mercredi 27 Mars 2019 / filière cacao: les leviers de la reliance par Sainclair MEZING.

Joindre la discussion