Skip links

CHROMACC – 02 au 09 Mars

MARCHE DU CACAO

 

I. Marchés à terme : reprise continue du cacao à New York et Londres

 

Le marché du cacao poursuit sa hausse cette semaine. Les prix du cacao ont gagné plus de 30% depuis le début de l’année. Selon Jack SCOVILLE, analyste de chez Price Futures Group « le climat est assez chaud et sec en Afrique de l’Ouest pour perturber la production ».

A New York, le cours du cacao a affiché près de 1 306 Fcfa le kilo ($ 2445 la tonne) vendredi 9 mars pour livraison en mai, contre 1 220 Fcfa/kg 7 jours auparavant. Même tendance haussière à Londres, où le marché a fermé le vendredi 9 mars à 1 316 Fcfa/kg (£ 1771 la tonne), contre 1 217 Fcfa/kg 7 jours plus tôt.

Des doutes sur la récolte du Ghana nuancent les données de l’Organisation Internationale du Cacao (ICCO), et font planer le doute sur un nouveau surplus de production du cacao en 2017/18.

 

II.Principaux pays producteurs

 

Côte d’Ivoire – Plaidoyer pour un prix plus juste au producteur

A la faveur d’une conférence tenue le 1er Mars 2018, dans le cadre du Salon international de l’Agriculture à Paris (France), Mamadou SANGAFOWA Coulibaly, ministre ivoirien de l’Agriculture, est revenu sur la faible quote-part du segment production dans la filière mondiale du cacao, qui génère plus de 100 milliards de dollars l’an : « les pays producteurs ne captent que 6% de ce montant et seulement 2% vont aux producteurs. »

 

Intelligence : mangez du chocolat !

Une étude des chercheurs de l’université de Syracuse, menée sur 968 volontaires âgés de 23 à 98 ans et comprenant des tests cognitifs et un questionnaire sur leur habitude alimentaire, a révélé que l’intégration d’une part de gâteau au chocolat dans le régime alimentaire permettrait d’accroître les capacités du cerveau et de stimuler la matière grise.

 

III. Actualité interne de la filière

 

Cameroun : la professionnalisation pour améliorer les rendements

Le Cameroun pourrait améliorer de 38 000 tonnes le rendement du cacao par an, grâce aux écoles paysannes. C’est le résultat d’une étude publiée par Cyrille Bergaly KAMDEM, chercheur à l’université de Yaoundé II, qui s’est intéressé à : « l’impact des écoles paysannes sur les rendements du cacao ».

Pour l’universitaire, les écoles paysannes permettent aux agriculteurs d’avoir un impact estimé à 970 tonnes de cacao par an, pour 10 000 producteurs formés. De quoi gagner 38 000 tonnes supplémentaires de cacao, si l’on extrapole la logique aux quelques 400 000 producteurs de cacao du Cameroun.

 

Vérificateurs en formation dans le SUD du Cameroun

 

Cameroun – la professionnalisation des producteurs, une priorité !

Ce sont 146 producteurs de la localité de Ngoro et 92 de la région du Sud (Ambam, Nvangan et Sangmélima) qui ont bénéficié du 27 février au 3 mars 2018, de sessions de renforcement des capacités en entreprenariat agricole et d’équipements de vérification de la qualité du cacao. Des actions conduites dans le cadre du programme Bonnes Pratiques, mis en œuvre dans les bassins de production par le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café –CICC.

MARCHE DU CAFE

 

I. Marchés à terme du café : l’Arabica chute mais le Robusta se reprend

 

A Londres, les cours du Robusta pour livraison en mai ont clôturé vendredi 9 mars à la hausse. Le Robusta a repris 16 Fcfa/kg cette semaine, en terminant à près de 951 Fcfa le kilogramme ($ 1780 la tonne) vendredi 9 mars, contre 935 Fcfa/kg 7 jours plus tôt. A contrario, le marché du café arabica a terminé le même vendredi 9 mars à la baisse. A New York, l’Arabica a baissé de 22 Fcfa/kg pour se situer cette semaine à environ 1 417 Fcfa/kg (120,33 cents/lb) ce vendredi, contre 1 439 une semaine auparavant.

 

II. Principaux pays producteurs

 

La 6ème assemblée générale ordinaire de l’ACRAM se tiendra les 3 et 5 Avril à l’Hôtel Mont Fébé à Yaoundé

 

Filière café – 6ème AG de l’ACRAM : Dérèglements climatiques et productivité des caféiers

Vieillissement des producteurs et du verger, disponibilité des intrants agricoles et problèmes liés aux changements climatiques, … telles sont quelques problématiques dont débattront les experts du café lors de la conférence scientifique qui se tiendra le 3 avril 2018 à Yaoundé, dans le cadre des travaux de la 6ème édition de l’Assemblée Générale de l’Agence des Cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar.

Soulignons que l’Agence est constituée de plusieurs organes techniques dont le Conseil d’Administration, l’Assemblée Générale et les organes subsidiaires constitués en comités (plateforme de coopération, Genre, Promotion, Finance et Administration).

 

Port de Treichville – Grève annoncée des exportateurs pour congestion

C’est plus de 400 véhicules en attente d’être déchargés de leur cargaison de café qui sont stationnés depuis plus de 2 mois dans la zone portuaire de Treichville et Vridi (Abidjan), où se concentrent la plupart des sociétés exportatrices. Ce blocus des exportations serait dû à l’absence d’autorisations d’exportation délivrées par le Conseil Café-Cacao, le régulateur de la filière cacao-café de Côte d’Ivoire.

En attendant d’apprécier les effets de ce blocus sur la filière mondiale, le Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire a annoncé une “grève illimitée” à partir du lundi 12 mars.

 

III. Actualité interne de la filière

 

Cameroun – FESTICOFFEE 2018 : Coffee Tasting Day, les transformateurs se positionnent

Plus de 86 points de dégustation gratuite du café seront opérationnels dans différentes villes du Cameroun à l’occasion de la 6ème édition du festival du café camerounais, FESTICOFFEE, qui se tiendra le 4 avril prochain. Une stratégie d’offensive marketing développée par les torréfacteurs en vue de la conquête du marché intérieur de consommation du café.

Ils sont une vingtaine à produire du café sous plusieurs conditionnements : grains torréfiés, moulu, à infusion …), innovent et leurs produits gagnent de plus en plus les rayons de supermarchés et autres points de vente de Douala et Yaoundé. De quoi amener les camerounais à intégrer la consommation du bon café local dans leurs habitudes alimentaires.

 

Campagne caféière 2017/18 : une commercialisation bord-champ encore timide

Conformément aux textes en vigueur, les opérations d’achat/vente de café pour le compte de la campagne 2017/18 ont commencé le 1er octobre 2017 pour l’Arabica et le 1er Décembre pour le Robusta. Mais le café se fait rare sur le terrain. Selon un usinier, on dirait que les producteurs préfèrent négocier avec les exportateurs, pour avoir des prix encore meilleurs que les Fcfa 600 à 650 que coûte le kilogramme aujourd’hui.

Même impression à Melong (région du Littoral) où le maximum offert au producteur est de 1 200 Fcfa/kg pour 1 tonne de café arabica.

Joindre la discussion