Skip links

Colombie : la production de café croît en début d’année

Le production de café colombien augmente au cours des deux premiers mois de l’année

 

Au cours des deux premiers mois de l’année, la production de café colombien a atteint 2,4 millions de sacs, soit 2,5% de plus que les 2,3 millions de sacs produits au cours des deux premiers mois de 2018. La bonne performance des deux premiers mois compense la légère baisse de 8,7% en février, avec 1,1 million de sacs contre 1,2 million de sacs produits en février 2018.

Au cours des 12 derniers mois (mars 2018-février 2019), la production de café a dépassé 13,6 millions de sacs, en baisse de 2,5% par rapport aux près de 14 millions de sacs produits au cours de la même période précédente.

Et jusqu’à présent (octobre 2018-février 2019), plus de 6 millions de sacs ont été produits, soit 3,2% de moins que les 6,3 millions de sacs produits durant la même période précédente.

En février, les exportations de café ont augmenté de 14,4% par rapport au même mois de 2018, passant de près de 1,1 million de sacs à 1,26 million de sacs de 60 kg.

Au cours des deux premiers mois de l’année, les exportations ont augmenté de 12,6%, passant de près de 2,2 millions de sacs à plus de 2,4 millions de sacs.

Au cours des 12 derniers mois (mars 2018-février 2019), les exportations de café ont dépassé 13 millions de sacs, soit 1,6% de plus que les 12,8 millions de sacs enregistrés au cours de la même période précédente.

Et jusqu’à présent (octobre 2018-février 2019), les exportations de café se sont élevées à environ 6 millions de sacs, soit 6% de plus que les 5,7 millions de sacs de la même période précédente.

 

 

Côte d’Ivoire : du chocolat biologique fabriqué à vélo

 

La chocolaterie de Dana Mroueh est une rareté pour la Côte d’Ivoire et pas seulement parce que le premier producteur mondial de cacao produit peu de chocolat fini.

Au centre de l’usine de son entreprise Mon Choco se trouve un vélo de broyage, entouré de plateaux de fèves de cacao triées avec soin. Versés dans un entonnoir, les fèves sont transformées en pâte par un moulin à café activé par pédalage.

Dana Mroueh, jeune femme de 40 ans d’origine franco-libanaise, supervise le processus depuis la sélection des fèves jusqu’à leur transformation en bonbons et en barres de chocolat biologique et écologique,  » composé de 70% de cacao et 30% de sucre brun. [Sans] beurre de cacao ou huile végétale… du cacao brut et du sucre  » a déclaré Mme Mroueh, qui supervise une petite équipe d’employés en blouse blanche qui trient les grains.

Mais les fèves de cacao biologiques sont difficiles à trouver en Côte d’Ivoire. En conséquence, le chocolat biologique est coûteux à produire et s’adresse principalement au marché européen. Les tablettes de chocolat Mon Choco se vendent environ 1 500 francs CFA (2,60 $), un prix inaccessible pour la plupart des consommateurs locaux.

Mon Choco et d’autres initiatives de ce type se développent en Côte d’Ivoire, mais représentent un marché de niche de seulement 5 000 tonnes de fèves par an, dans un pays qui produit plus de 2 millions de tonnes par an.

Joindre la discussion