Coopération entre le CICC et les Maîtres-Chocolatiers de France :

Pour l’excellence du cacao camerounais

 

A l’initiative du Ministre du Commerce, une délégation de la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France a effectué une mission au Cameroun du 13 au 15 Août 2017, au cours de laquelle elle a visité quelques coopératives, mais également à Si-Manyaï, l’un des ‘Centres d’excellence de traitement post récolte du cacao’ que le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café (CICC) met en place dans les bassins de production.

Le clou de cette mission, malgré le férié précédant l’Assomption, était la séance de travail et d’échanges présidée par le Ministre du Commerce le lundi 14 Août 2017 et à laquelle participaient outre les cadres du Ministère du Commerce, les principaux acteurs de la filière cacao.

Le rapprochement entre le CICC et les Maîtres-Chocolatiers français est la matérialisation de l’option prise par la filière cacaoyère du Cameroun de produire des cacaos haut de gamme, autrement dit des terroirs. En effet, le Cameroun ayant fait le choix de la qualité, les producteurs réunis au sein de l’lnterprofession se sont engagés dans la démarche de la ‘Professionnalisation’, dont l’un des piliers est la mise en œuvre des ‘bonnes pratiques‘.

 

Chocolatiers agriculteurs et membres de l’Interprofession.

 

Ayant identifié le fort potentiel du Cameroun à produire des cacaos de qualité supérieure répondant à leurs exigences, la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France envisage un partenariat avec le CICC. Ensemble, les deux structures encadreront les planteurs dans la production d’un cacao d’excellence. Cette collaboration a pour finalité l’ouverture du marché français et européen du cacao haut de gamme aux producteurs camerounais, avec la garantie du CICC.

La mission que les Maîtres-Chocolatiers ont effectuée au Cameroun du 13 au15 Août 2017 avait donc pour but d’en poser véritablement les bases, à partir des principaux axes ci-après :

  • la production et l’exportation des cacaos haut de gamme ;
  • l’installation d’unités artisanales modernes de transformation de cacao en chocolat ;
  • la formation des jeunes camerounais au métier d’Artisan-chocolatier ;
  • la transformation et l’exportation des produits cacaotés semi finis haut de gamme ;
  • la promotion du cacao du Cameroun.

Il convient de souligner qu’en inscrivant la transformation locale et l’instauration du métier d’Artisan-chocolatier au cœur de ses programmes structurants, le CICC n’entendait pas simplement exprimer une vision : l’lnterprofession s’engageait irréversiblement dans un créneau de haute portée de valorisation et de promotion de l’origine ‘Cameroun’. La préoccupation est restée constante et justifie à suffisance la visite qu’effectuent d’éminents Maîtres-Chocolatiers. Le partenariat en gestation constituera en outre le socle du projet ‘Cacao contre Chocolat’ que va bientôt lancer le CICC dans le but de vulgariser la consommation du chocolat par les planteurs de cacao eux-mêmes.

 

Les maîtres chocolatiers en visite dans des champs de Cacao 

 

Dans cette optique, la séance de travail que présidera le Ministre du Commerce du Cameroun, le lundi 14 Août 2017, marque une étape capitale dans cette collaboration entre les deux Organisations professionnelles. Elle participe de la dynamique de recherche constante des meilleurs débouchés pour les produits camerounais, que le Ministre du Commerce conduit résolument et qui se traduit par son soutien total à l’initiative de rapprochement du CICC avec les Maîtres-chocolatiers français.

En définitive, à travers le Ministère du Commerce, c’est le Gouvernement camerounais qui entend ainsi apporter tout son soutien à cette initiative qui arrive à point nommé, dans un contexte de baisse des cours mondiaux du cacao. A cet égard, sachant que les produits haut de gamme ne sont pas, ou alors très peu touchés par la crise, le fait de se positionner sur le segment de cacao de qualité supérieure est en soi une mesure d’atténuation de l’impact négatif des mouvements erratiques du marché des produits conventionnels.

Que de belles choses en perspective, pour la filière cacaoyère nationale.

 

Ils ont dit…

 

Daniel MERCIER, Vice-président de la confédération des chocolatiers et confiseurs de France, maître chocolatier

« C’est un vrai partenariat que nous voulons mettre en place. On vient chercher un cacao d’excellence, de qualité au Cameroun »

A l’invitation de Monsieur Ministre, nous sommes venus pour mettre une première pierre à l’édifice, pour voir dans quelle mesure on peut travailler ensemble dans la démarche qualité car les artisans chocolatiers Français et surtout la confédération des chocolatiers et confiseurs de France a besoin d’identifier des pays qui ont envie de s’élever et dans lesquels on doit nouer des partenariats.

Au Cameroun, les planteurs doivent être rétribués comme il se doit et nous autres artisans devrons mettre en exergue cette qualité de fèves que le Cameroun va produire en la transformant en excellent chocolat. C’est un vrai partenariat que nous voulons mettre en place. On vient chercher un cacao d’excellence, de qualité au Cameroun. Nous remercions le Ministre du Commerce de nous recevoir ainsi que les membres du CICC, les planteurs, tout le collège des personnes présentes aujourd’hui de telle sorte de commencer à tisser ce partenariat.

La confédération est disposée à transmettre sa passion, à former les jeunes sur place, en France, à faire des échanges interactifs. On est prêt à venir faire cette implantation au Cameroun.

 

Alexandre BELLION, Maître Chocolatier, membre de la confédération des chocolatiers et confiseurs de France.

« J’ai été séduit par le potentiel des plantations que j’ai vues et l’enthousiasme de la nouvelle génération de producteurs »

Vous avez un grand potentiel de cacaoyers, sur le plan génétique et sur la biodiversité. Je suis sûr que nous pouvons avoir quelque chose de très beau ici. J’ai été séduit par le potentiel des plantations que j’ai vu et l’enthousiasme de la nouvelle génération de producteurs qui veut faire quelque chose de bien. Nous sommes disposés à amener le Cameroun à créer un chocolat de qualité ou de terroir.

 

Luc Magloire MBARGA ATANGANA, Ministre du Commerce

« C’est un partenariat d’un type nouveau qui cadre avec les objectifs du Gouvernement »

Cette rencontre s’inscrit dans la politique de valorisation de nos produits de rente en particulier, et dans le cas d’espèce, le cacao. Le Gouvernement a élaboré une stratégie qui consiste à transformer localement 40% de la production selon les axes prescrits par le Président de la République à savoir l’amélioration de la qualité et la valorisation par la transformation locale. Nous avons donc fait appel à la confédération Française des chocolatiers et confiseurs qui sont spécialisés dans les produits gourmets, des chocolats gourmets qui sont une niche, un petit marché mais un marché porteur. Porteur de valeur ajoutée ; un marché qui sert de référence pour ennoblir la fève camerounaise et pouvoir donc mieux la vendre aussi bien auprès des industriels que des artisans chocolatiers. C’est un partenariat d’un type nouveau qui cadre avec les objectifs du Gouvernement. Avec nos amis, nous voulons mettre en valeur la saveur, la spécificité de nos terroirs du Cameroun en les transformant.

 

Apollinaire NGWE, Président du Conseil Exécutif du CICC

« Cette coopération va avoir un caractère protéiforme en termes de négociation des produits de qualité et d’apport d’expertise pour la transformation locale du cacao »

Nous remercions la délégation de la confédération des chocolatiers et confiseurs de France d’avoir accepté notre invitation de venir nous rencontrer au Cameroun. Pour nous, c’est un grand honneur, une marque de respect que nous apprécions à sa juste valeur. Nous commençons notre coopération dès aujourd’hui. Une coopération qui n’a pas un caractère univoque, mais protéiforme. Protéiforme en termes de négociation des produits de qualité et d’apport d’une expertise pour la transformation locale du cacao. Sachez que le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café usera de tous les moyens possibles pour que nos producteurs et vous qui cherchez un cacao d’excellence soyez satisfaits. Vous ne regretterez pas d’être venus.

 

Emmanuel Noël BALEBA, Secrétaire Général du collège des producteurs

« Nous respecterons les bonnes pratiques afin de produire un cacao de qualité et valoriser l’origine Cameroun » 

Soyez assurés de la production d’un cacao de qualité. Nous respecterons les bonnes pratiques afin de produire un cacao de qualité et valoriser l’origine Cameroun. Vous rencontrerez des organisations, des producteurs disposés à poursuivre ensemble les objectifs fixés pour un partenariat gagnant-gagnant. De façon spécifique, tout ce que vous voudrez, nous le ferons.

 

Yves ABISSI