Les saveurs du Made in Cameroon au bout des lèvres

 

Les populations de Yaoundé, désormais fidèles à leur rendez-vous du mois, ont une fois de plus pris du plaisir à déguster le café “Made in Cameroon”, le 30 novembre dernier.

 

La 5e édition de la Journée Mensuelle de Promotion du Cacao et du Café (JMP)  a fait foule à Yaoundé, le mercredi 30 novembre 2016. Des centaines de “yaoundéens” venus découvrir les saveurs du “bon” café camerounais, exposé par les cinq torréfacteurs conviés à cette édition : Nwca Ltd, Brûlerie du Moungo, Tobitor Sarl, Torrecam et UCCAO produisant respectivement les marques de cafés « Kola Coffee, Café Yoan, Café Crystal, Café Pierre André et UCCAO » tenaient chacun un point de dégustation.

 

 

Sis au parking du ministère du Commerce, cette JMP est rythmée par une grande animation sonore, ainsi qu’un réaménagement spécial: chapiteaux dressés, présentoirs, box, thermos, roll-up. Sur ces derniers, l’on pouvait lire « dégustons notre bon café », ou encore, les messages publicitaires des torréfacteurs de café présents.

Sur ledit site, convergeaient des centaines de “yaoundéens”, curieux, dégustateurs- acheteurs de café, ou tout simplement acheteurs au finish. Car faut-il le dire, “l’or noir” est vendu ici aux prix promotionnels. Prix oscillant entre 1 000 à presque 5 000 FCFA, en fonction de la variété choisie, Arabica, Robusta ou du mélange 70% Arabica et 30%  Robusta; du  volume du package (250, 500, 1000 grammes…). De même que du type d’emballage, puisqu’il y est proposé du café en sachets et des dosettes de café, communément appelées capsules de café, et de bien d’autres critères fixés par leurs promoteurs. Bien qu’il soit aussi vendu, la JMP reste d’abord une journée de dégustation gratuite destinée à promouvoir la consommation du café produit localement.

 

 

Sachets joliment exposés sur des présentoirs, répandant une odeur agréable après préparation de ces grains de café, plusieurs personnes sont attirées par ce breuvage qu’ils savourent avec plaisir. D’ailleurs, certains visiteurs ont exprimé leurs impressions : pour Paul Manga, « il est bien fait et c’est  vraiment bon ». « Je ne savais pas qu’il est produit du bon café au Cameroun », renchérit M. Ngwa Mbassa. Pour sa première participation à une JMP, Madame Lucile met fin à un préjugé, en appréciant la qualité de la boisson noire et ses prix : «  j’ai très souvent pensé que le café moulu, c’est pour les riches, alors que je viens de constater qu’il est à la portée de tous, puisqu’il n’est pas coûteux. En plus, il est savoureux ».

Pour les torréfacteurs en général, la JMP s’améliore au fil du temps puisque leur cible manifeste progressivement un intérêt réel pour ce rendez-vous mensuel en proposés.