Plus de 13 000 visiteurs ont assisté à la neuvième édition du TriestEspresso Expo

 

La tendance positive du salon biennal du café B2B, Triestespresso Expo se poursuit. Exposants et visiteurs venus des cinq continents pour les trois jours organisés dans la capitale du Frioul-Vénétie Julienne, ont discuté affaires, analysé, étudié et examiné les questions de la filière café et traité des changements qui se sont produits dans le secteur ces derniers temps.

L’objectif de croissance de la plus importante foire mondiale dédiée à l’espresso a également été atteint lors de cette édition, passant de 12 500 visiteurs en 2016 à 13 000 lors de la neuvième édition, qui s’est achevée hier avec une augmentation de 4%.

 

Les produits fairtrade affichent une importante croissance par rapport à l’année précédente

 

Aux Etats-Unis, les volumes des produits clés du commerce équitable ont augmenté de manière significative selon Fairtrade America. Le cacao a augmenté de 33%. Les producteurs de café Fairtrade ont bénéficié d’une augmentation de 24,5% de leurs ventes.

Le rapport 2017-2018 présente le travail du système Fairtrade visant à partager les avantages du commerce plus équitablement, y compris des stratégies visant à atteindre des revenus suffisants et des salaires plus justes, à renforcer la position des femmes et des jeunes, à aider les communautés à atténuer les effets du changement climatique et à travailler avec des partenaires pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies.

La publication du rapport annuel du Commerce Equitable arrive à un moment difficile pour les agriculteurs du monde entier. Le prix du marché du café a récemment chuté en dessous de 1 dollars (environ 577 Fcfa) la livre soit 2,2 dollars le kilogramme (1269 Fcfa/kg) pour la première fois en 12 ans (le prix minimum du commerce équitable est de 1,40 dollars – 807.55 Fcfa). Les prix du cacao continuent également d’être très volatils, ce qui rend difficile pour les agriculteurs de planifier leur avenir et de subvenir aux besoins de leur famille. 

 

Fèves en provenance du Cameroun

 

La Côte d’Ivoire et le Ghana proches d’un système harmonisé de commercialisation du cacao

 

Intervenant lors de la réunion de partenariat de la World Cocoa Fondation (WCF), qui s’est déroulée à Sao Paulo au Brésil les 24 et 25 octobre, le directeur général du Ghana Cocoa Board (Cocobod), Boahen Aidoo, a révélé que le Ghana et la Côte d’Ivoire étaient sur le point d’harmoniser leur système de commercialisation du cacao sur le marché mondial.

Il a également indiqué qu’une équipe technique avait été mise en place entre les deux principaux pays producteurs de cacao, afin de déterminer le véritable coût de production par tonne qui, à leur avis, servira de base pour fixer le prix plancher, selon Joy Online.

 

Faible progression des broyages de fèves de cacao en Côte d’Ivoire

 

Les broyages de fèves de cacao en Côte d’Ivoire progressent peu. Hier, l’Association des exportateurs, Gepex, a annoncé que de début octobre 2017, début de la campagne, à fin août 2018, les broyages avaient totalisé 464 000 tonnes, contre 461 000 tonnes sur la même période la campagne précédente.

Sur le seul mois d’août, ils ont été de 43 000 tonnes, soit le même volume qu’un an auparavant.

Pour mémoire, sur le seul troisième trimestre 2018, les broyages en Europe ont été de 363 122 tonnes, en Asie de 196 418 tonnes et en Amérique du Nord de 128 494 tonnes.

 

Nespresso, Starbucks, Rockefeller soutiennent la relance du café à Porto Rico

 

En 2017, les ouragans Irma et Maria qui ont dévasté Porto Rico, ont également détruit 80% des cafiers de l’île entraînant une perte de 85 millions de dollars pour les producteurs.

La Fédération hispanique a lancé d’une initiative quinquennale pour revitaliser le secteur du café de Porto Rico. Elle y a investi 1 million de dollars. Nespresso a également engagé 1 million de dollars, la Fondation Rockefeller 500 000 dolalrs, la fondation Starbucks 470 000 dollars. Starbucks a aussi fait un don de 2 millions de graines de caféier de haute qualité et résilientes au changement climatique, la variété Marsellesa, d’une valeur de 2 millions de dollars.

L’organisation internationale à but non lucratif Technoserve sera chargée de la mise en œuvre de la relance du café à Porto Rico.

 

Fèves et cabosses de cacao
 

Les hommes mangent du chocolat depuis plus de 5000 ans

 

Le cacao (Theobroma cacao L.) est une culture économique importante, mais les études sur son histoire de domestication et ses premières utilisations sont limitées. Traditionnellement, on pense que le cacao a été domestiqué pour la première fois en Méso-Amérique. Cependant, la recherche génomique montre que la plus grande diversité de T. cacao se trouve dans la région de la haute Amazonie du nord-ouest de l’Amérique du Sud, désignant cette région comme son centre d’origine. Ici, nous rapportons l’utilisation du cacao identifiée par trois lignes indépendantes de preuves archéologiques – grains d’amidon de cacao, résidus de théobromine absorbés et ADN ancien datant d’il y a environ 5 300 ans, récupérés sur le site de Santa Ana-La Florida (SALF) au sud-est de l’Équateur. A notre connaissance, ces découvertes constituent la première preuve de l’utilisation de T. cacao dans les Amériques et le premier exemple archéologique sans équivoque de son utilisation précolombienne en Amérique du Sud. Ils révèlent également que la région de la haute Amazonie est le plus ancien centre de domestication du cacao jamais identifié.

MARCHE DU CACAO

 

1. Les marchés à terme : le cacao, tendance soutenue

 

La demande mondiale demeure soutenue, ce qui stimule le prix. De plus, l’approvisionnement mondial en cacao est plus que suffisant.

A Londres, le kilogramme de cacao valait 1 381 FCFA vendredi 25 Mai contre 1 371 FCFA vendredi 18 Mai.  A New York, le kilogramme de cacao était à 1 464 FCFA le même vendredi 25 Mai contre 1 468 FCFA sept jours plus tôt.

2. Les principaux pays producteurs

 

Afrique – filière cacao : transformation, le grand défi

 

Lors de la 4ème édition du Forum des Fonds Souverains de la Banque Islamique de Développement (BID) tenue à Libreville au Gabon, les fonds d’investissement agricoles ont plaidé pour une implication progressive du continent dans l’industrie chocolatière afin de tirer davantage de dividendes de la transformation des fèves.

Lors de la cérémonie officielle des 54ème assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD) ouverte à Busan en Corée du Sud, le Président de l’Institution, M. Akinwumi Adesina est revenu sur le pourcentage des dividendes perçues par les grands pays exportateurs de cacao (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigéria). Car ces pays qui exportent 70% des fèves, ne tirent que 5% des revenus globaux issus du commerce des produits de l’industrie chocolatière.

Selon les chiffres de l’ICCO, l’industrie chocolatière mondiale génère 100 milliards de dollars. Dans cette industrie, l’on retrouve plus de fèves de cacao en provenance des pays africains que des pays producteurs d’Amérique du Sud. Or, ces pays producteurs ne captent que 6% de cette somme tandis que les paysans, producteurs directs de fèves ne profitent que de 2% de cette manne.

Pour mettre fin à une situation (on ne peut plus intenable), un sursaut semble animer des gouvernants africains qui estiment que la transformation serait une solution durable et efficace.

L’Afrique par le biais de ses institutions financières dont la BID et la BAD, devrait ainsi envisager des stratégies de création des unités transformant les matières premières.

 

Cacao transformé

 

Barry Callebaut investit 30 Milliards de Fcfa pour transformer le cacao ivoirien

 

La Société SACO (Société Africaine de Cacao), filiale du géant mondial du cacao Barry Callebaut a annoncé un plan d’investissement de 30 Milliards de Fcfa. Annonce faite lors de la cérémonie de lancement d’extension de l’usine de la société à Abidjan.

Pour le Premier Ministre Ivoirien, Amadou GON COULIBALY, la Côte d’Ivoire prévoit de porter le niveau de transformation de 35% à 50% d’ici à 2020.

Pour atteindre cet objectif, le gouvernement ivoirien a pris une série de mesures incitatives : – l’approvisionnement en matières premières qui est à des coûts compétitifs – des accompagnements techniques et financiers – l’abattement sur le Droit Unique de Sortie (DUS) qui est appliqué aux exportations

de cacao, en fonction du niveau de transformation. Des mesures qui devraient contribuer à soutenir l’activité dans le secteur.

 

MARCHE DU CAFE

 

1. Les marchés à terme du café : légère hausse du Robusta

 

Le Marché mondial est impacté en ce moment par la grève des camionneurs au Brésil qui fait craindre des retards dans les chargements des navires et par des conditions météorologiques très sèches ainsi que de légères gelées qui ont été enregistrées dans certaines régions du pays.

A Londres, le Robusta a terminé à 987 Fcfa le kilogramme ce vendredi 25 Mai contre 974 Fcfa vendredi 18 Mai.

CAFE

 

3,8 millions de sacs de café en plus en 2018/2019

En 2018/2019, les analystes de Rabobank prévoient un excédent mondial de 3,8 millions de sacs de café, soit 600 000 sacs de plus que les estimations de Mars dernier, rapporte Reuters. Des prévisions qui, si elles étaient avérées, auraient un impact sur les cours mondiaux, et une répercussion mécanique sur les prix aux producteurs.

 

CACAO

 

Côte d’Ivoire : 13% de hausse pour les exportations de fèves de cacao

 

Selon les données provisoires portuaires publiées lundi, le pays a exporté 1 207 310 tonnes (T) de fèves depuis le démarrage de la campagne 2017/18, le 1er octobre dernier. Ce qui représente une hausse de près de 13% par rapport à la même période la campagne dernière (1 069 841 t).