Le programme d’appui à la transformation locale vise à promouvoir les initiatives locales de transformation de cacao et de café, à travers l’implantation de petites unités de transformation des fèves en pâtes de cacao et au développement de nouvelles stations de lavage écologiques de café, tant pour l’arabica que pour le robusta. Le but ultime est de générer une plus-value sur les produits et d’augmenter substantiellement les revenus des producteurs.

Le Cameroun ne transforme que 15 % de sa production de cacao, et à peine 10 % de son café. La transformation artisanale reste limitée et les produits qui en sont issus ne répondent pas toujours aux standards internationaux. De nouveaux projets d’implantation d’unités de transformation du cacao voient le jour. A court terme, ces nouvelles implantations porteront la transformation annuelle du cacao entre 40.000 et 50.000 tonnes, soit environ 25 % du niveau de production de 2012. Si une telle transformation est susceptible de créer quelques emplois, les faits montrent que dans d’autres pays, l’augmentation de la transformation n’a pas changé grand-chose aux revenus des producteurs. La petite transformation industrielle, quant-à-elle, est de nature à permettre aux producteurs d’améliorer leur condition de manière substantielle.

  • Intégrer d’avantage les producteurs dans la chaîne de valeur;
  • Augmenter les revenus des producteurs;
  • Créer des partenariats équitables entre producteurs et investisseurs;
  • Améliorer la qualité et le label ‘Cameroun’ pour les fèves d’exportation; Pour le café : – étendre l’expérience du café ‘fully washed’ avec l’implantation de nouvelles stations de lavage, tant pour l’Arabica que pour le Robusta
  • structurer la profession de torréfacteur. Pour le cacao : implanter des mini unités qui transforment les fèves en pâte de cacao, produit semi fini issu de la première transformation.
  • Etudes techniques,
  • Identification des zones d’implantation des unités de transformation,
  • Négociation de Joint venture entre producteurs et investisseurs nationaux ou étrangers,
  • Acquisition des équipements,
  • Formation et suivi des acteurs.
  • Phase 1 (2012-2014): Etat des lieux et négociation des partenariats.
  • Phase 2 (à partir de 2015): Implantation des premières unités.