Sessions extraordinaires du Conseil Exécutif (21 et 22 juillet 2022)

Les 21 et 22 juillet derniers, se sont déroulés dans la salle de réunion du Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café, 02 sessions extraordinaires du Conseil Exécutif portant respectivement sur 02 projets novateurs et actuels :

  1. La mise en place d’une plateforme nationale sur la règlementation européenne
  2. La création du programme « Femme rurale dans le café »

A cette réunion étaient conviés les représentants des quatre collèges membres de l’Interprofession (Producteurs, Usiniers, Transformateurs et Exportateurs) pour un échange en vue d’adopter une position commune autour d’une initiative globale.

Le Président du Conseil Exécutif du CICC a ouvert les deux sessions par un mot de bienvenue, expliquant la pertinence de celles-ci et les enjeux autour de ces 02 sujets. La parole a ensuite été donnée au Secrétaire Exécutif pour baliser le cadre des échanges, en proposant un ordre du jour.

S’agissant de la mise en place d’une plateforme nationale de veille informative sur les procédures de règlementation européenne, les exportations dans les filières agricoles en général et du cacao / café en particulier font face à des blocages, dus pour la plupart à certains facteurs sanitaires et phytosanitaires : résidus de produits chimiques, que les règlementations européennes considèrent comme impropres à la consommation. Cette plateforme réunira les trois principaux organes de la filière, notamment le CICC, le MINADER (Ministère de l’Agriculture et du Développement Durable), l’ONCC (Office National du Cacao et Café). L’enjeu est clair : se doter d’outils innovants, pour anticiper et encadrer la production de manière à la rendre éligible sur les marchés internationaux. S’en sont suivis des échanges et propositions pour mutualiser les avis autour de ce sujet.

La deuxième session, également introduite par le Président du Conseil, portait sur le Programme « Femme rurale dans le café » mis en œuvre par le CICC. Objectif, consolider l’initiative déjà entreprise dans le secteur du cacao, en l’étendant à l’ensemble de la filière café.

Rappelons-le, le Programme « Femme rurale dans le café » vise à autonomiser les femmes vivant dans les zones rurales en mettant à leur disposition de moyens de formation, de production, et de suivi de leur hectare de cacaoyère. Cette initiative, a été chaudement saluée par les femmes présentes, qui parlaient au nom des futures bénéficiaires de ce programme, pour remercier le Conseil d’avoir entendu leurs réclamations.

C’est le Président du Conseil Exécutif qui a clos ces deux sessions, par un mot de conclusion, saluant l’assemblée pour leur présence et leur intérêt vivement exprimé.

Le Conseil Exécutif du CICC siège

Les jeudi et vendredi 14 et 15 juillet 2022 dès 10h en salle de réunion du CICC à Bonanjo, se sont tenu deux Conseils Exécutifs extraordinaires de l’Interprofession. Les différents collèges membres de l’Interprofession (Producteurs, Usiniers, Transformateurs et Exportateurs) y ont planché sur des sujets de grande actualité au sein des filières.

  1. L’intérêt des Indications Géographiques (IG) pour le cacao rouge brique du Cameroun
  2. Les DRD (Différentiel de Revenus Décent),

Les sessions ont toutes commencé par un mot du Président du Conseil Exécutif, qui présentait l’ordre du jour et l’intérêt de ces sessions extraordinaires. Ensuite, le Secrétaire Exécutif s’est à chaque fois adressé au conseil pour suggérer un ordre du jour. S’en sont suivi des présentations, notamment celle de M. HIAG Fred, qui a défini la notion d’Indication géographique, le contexte, la valeur ajoutée de l’Indication géographique et les démarches d’enregistrement.

Une Indication Géographique (IG) est un signe utilisé sur des produits d’une origine géographique précise qui ont des qualités, une notoriétéou des caractèresspécifiques à ce lieu d’origine. Ce qui permet un référencement exact et une protection comme patrimoine culturel, constituant de fait un argument important pour le développement local.

Plusieurs intervenants ont pu prendre la parole pour améliorer la compréhension du sujet et apporter des suggestions.

La deuxième session, également introduite par le Président du Conseil Exécutif, a consisté en une consultation de plusieurs documents relatifs au Différentiel de Revenus Décent (DRD) ou Living Income Differential (LID) en anglais.

Le DRD est une prime supplémentaire de 400 USD par tonne sur le prix à l’exportation du cacao, censée garantir de meilleurs revenus aux producteurs, et améliorer ces conditions de vie. Mais, surprise, les différents rapports ont permis de constater un jeu de passe-passe des acheteurs : depuis l’imposition du DRD on assiste à une décote des cacaos ghanéen et ivoiriens, qui grève les revenus des producteurs.

Alors question : rejoindre ou non cette initiative ? Les différents participants ont tour à tour pris la parole pour prendre position ou non sur cette situation.

Les sessions se sont à chaque fois terminées par un mot du Président, mettant ainsi fin au Conseil.