Cacao ivoirien : du charme au Salon du chocolat

Revue Cacao ivoirien : du charme au Salon du chocolat
Admin 29 Octobre 2019 Cacao,Côte d'Ivoire,Salon du Chocolat,Chocolat

Le Conseil de régulation, de stabilisation et de développement de la filière café-cacao (Conseil du café-cacao) déploie la grande artillerie pour promouvoir le cacao de Côte d’Ivoire sur le marché international, en l’occurrence à la 25ème édition du Salon du chocolat prévue du 30 octobre au 03 novembre au Parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris (France).

En participant au Salon du chocolat à Paris, le Conseil du café-cacao compte assurer la présence institutionnelle du leader mondial du cacao, promouvoir la consommation des produits dérivés du cacao ivoirien, faire la promotion des artisans chocolatiers ivoiriens en leur permettant de nouer des contacts d’affaires.

Il s’agit également de communiquer sur les opportunités d’investissements dans la cacaoculture en Côte d’Ivoire, de communiquer sur la problématique de la durabilité de la culture du cacao, rapporte l’organe dans une note conceptuelle transmise à l’AIP.

A cet effet, le Conseil du café-cacao a concocté sur son stand (C4), un programme marqué par un panel qu’il va co-animer avec le Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS), et le Ministère des Eaux et Forêts sur ‘’Le cacao, culture responsable en Côte d’Ivoire’’.

La Journée ivoirienne sera célébrée jeudi. La Première dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara, présidente du CNS, sera effectivement présente mardi à la Soirée inaugurale à l’issue de laquelle elle offrira un cocktail aux invités, annonce le Conseil du café-cacao.

Source : news.abidjan.net

Côte d’Ivoire : les contrats incluent le DRD

Côte d’Ivoire : les contrats incluent le DRD

Le Singapourien Olam a paraphé avec le Conseil du Café-Cacao (CCC) un accord relatif à des contrats d’exportation de 100 000 tonnes de cacao pour la campagne 2020/2021. L’information a été confiée à Reuters, le vendredi dernier par des sources proches du régulateur.

Lesdits contrats intègrent le différentiel de revenu décent (DRD) de (400 $ soit 240 272 FCFA) par tonne fixé conjointement par le Ghana et la Côte d’Ivoire afin d’améliorer les conditions de vie des producteurs.

En adhérant à ce mécanisme, Olam rejoint d’autres poids lourds de la chaîne de valeur mondiale du cacao comme Sucden, Barry Callebaut, Cargill ou encore Cemoi.

Pour rappel, Olam est présent depuis 1994 en Côte d’Ivoire. La compagnie possède deux usines de pointe à San Pedro et à Abidjan transformant le cacao en masse, beurre et tourteaux.

Elle dispose d’un réseau d’approvisionnement de plus de 110 000 exploitants répartis dans 185 coopératives.

Source : Agence Ecofin