Cameroun : production de qualité pour la 8e édition de Festicacao

Revue Côte d’Ivoire – Cacao : « accord » en vue d’un prix garanti d’environ 1 000 Fcfa/Kg
Admin 28 Août 2019 cameroun,Festicacao 2019,cacao,café

Plateforme regroupant différents acteurs de la filière cacao du Cameroun et même de l'étranger Festicacao, a eu lieu cette année à Yaoundé du 8 au 10 août 2019 au Paposy (Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé). Ce festival était ponctué de plusieurs activités placées sous la supervision du Ministère du Commerce : journées portes ouvertes, ateliers de fabrication traditionnelle, dégustation, rencontre entre le Directeur Exécutif de l'ICCO et les planteurs de Cacao, foires exposition…

La tribune Cacao sous le thème "En marche vers l'excellence" a vu la participation de milliers de producteurs et investisseurs pour cette 8e édition. Le Président du CICC (Conseil Interprofessionnel Cacao et Café), le Dr Apollinaire Ngwe, dans son propos liminaire a assuré que les actions entreprises par le CICC sont notoires et nécessaires pour une bonne production locale. Selon lui, ces actions de l'interprofession tentent de donner une alternative crédible et durable à la filière Cacao-Café du pays.

Par ailleurs, durant l'exposé de M. Omer Gatien Maledy (Secrétaire Exécutif du CICC) qui avait pour intitulé : Cacao d'Excellence : l'option du Cameroun, diverses propositions ont été faites. Selon M. Maledy, le CICC à travers les centres d'Excellence de traitement post-récolte de Cacao compte inscrire la filière Cacao du Cameroun dans le créneau de la qualité, afin de satisfaire les exigences des consommateurs et ainsi créer de nouveaux débouchés pour le Cacao local. Rappelons que le programme New Generation est une initiative du CICC qui vise le rajeunissement du producteur et des vergers. Dans cette configuration, les jeunes hommes et femmes, au bout de 3 ans, sont encadrés en capacité pour la gestion de leurs exploitations de cacaoyers. Toutes ces démarches structurantes ont été édifiées durant le Symposium du 9 août 2019.

Il y a par exemple eu l'exposé sur le défi de la maîtrise des process, modéré par Mr Fred Hiag (Coordonnateur du programme Cacao d'Excellence, CICC). Ou encore celui du défi des partenaires équitables modéré par Mr Christophe Bertrand, maître chocolatier. Festicacao, c'est également une plateforme d'échanges, d'expériences et d'expositions.

En parcourant les différents stands exposés au Paposy, on rencontrait différents producteurs locaux ainsi que des productions transformées localement comme Nya Mboa. Entre autres découvertes, des sessions de formations de transformation de la fève ont été conduites par des professionnels du domaine. Durant les ateliers, un regain de qualité a été apprécié en faveur de celle-ci. En effet, la fève camerounaise est ce que le marché gustatif recherche.

Le cacao camerounais est également valorisé à travers le label "destination chocolatiers engagés." Il est inspiré de l'économie inclusive et prend en compte la qualité de la fève qu'il produira. En exergue, l'intérêt des producteurs dans le domaine de l'équité économique. Le festival a aussi tenu une compétition des centres de formation en gastronomie appelée Cocoa Challenge. Enfin a eu lieu le Cocoa Awards (cérémonie de remise de prix).

Source : Blasting News

Du sucre dans le café, secret de longévité

Café froid : en croissance de 21% par an

Beaucoup de turbulences pour pas grand-chose. Ainsi, peut se résumer l'analyse de Rabobank sur l'évolution des cours mondiaux du café durant ce troisième trimestre 2019. "Les prix du café ont enregistré pas mal de volatilité haussière durant le trimestre, mais ont terminé plus ou moins inchangé. Les gelées enregistrées au Brésil en juillet ont été la raison majeure de la hausse, mais elles n'ont réduit le potentiel de la récolte d'Arabica sur la prochaine campagne que de 1% à 3%. Sans doute que le plus grand évènement durant le trimestre a été la matérialisation de la faible qualité de la récolte d'Arabica au Brésil qui s'achève actuellement", souligne le rapport rendu public jeudi dernier. Côté offre et demande, Rabobank estime l'excédent à 6,9 millions de sacs de 60 kg en 2018/19, la campagne 2019/20 étant attendue déficitaire de 4,1 millions de sacs. C'est la production qui joue la variable d'ajustement car la demande mondiale poursuit sa progression déjà enregistrée au fil des années passées.

S'agissant du Robusta, la banque néerlandaise souligne les niveaux demeurés très élevés du différentiel de prix du café vietnamien par rapport aux cotations sur le marché de cette variété de café à Londres. Un différentiel élevé car il faut bien compenser la faiblesse des cours à Londres où l'importance des stocks de Robusta ("conilons") brésiliens et la faible demande européenne pour ces derniers pèsent sur les prix. Mais ce ne sont pas les uniques facteurs explicatifs. En effet, l'Arabica est très bon marché aussi ce qui incite les acheteurs à les préférer aux Robustas qui n'ont été, durant ce troisième trimestre, que de 35 cents (Environ 207 Fcfa) moins cher en moyenne. Pas de quoi se priver ! Et les fonds spéculatifs misent sur la poursuite de la baisse des prix du Robusta car les cafés Arabica brésiliens déclassés sont très compétitifs et raflent des parts de marché au Robusta.

Surtout, ce que souligne Rabobank dans son rapport, est le déferlement de la tendance du café froid. Et -sans le nommer- c'est Starbucks qui mène la danse au niveau mondial en ne cessant de proposer de nouveaux produits dans cette gamme du café froid, le "cold brew". Citant les chiffres de Technomic, ces ventes ont grimpé de 21% par an en moyenne durant ces trois dernières années. Ce marché aujourd'hui pèse $ 1,7 milliard (plus de 1000 milliards de Fcfa). Et le mouvement ne devrait guère s'essouffler pour le moment car ce sont essentiellement les jeunes qui sont friands de cette nouvelle manière de consommer le café.

Détail intéressant, cette consommation de café froid a pour conséquence qu'on en boit plus tard dans la journée que le café chaud. On passerait là, résolument, d'une boisson énergisante matinale à une boisson "plaisir", conviviale, d'après-midi et-pourquoi pas ? - de début de soirée.

Source : Commodafrica