Sessions extraordinaires du Conseil Exécutif (21 et 22 juillet 2022)

Les 21 et 22 juillet derniers, se sont déroulés dans la salle de réunion du Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café, 02 sessions extraordinaires du Conseil Exécutif portant respectivement sur 02 projets novateurs et actuels :

  1. La mise en place d’une plateforme nationale sur la règlementation européenne
  2. La création du programme « Femme rurale dans le café »

A cette réunion étaient conviés les représentants des quatre collèges membres de l’Interprofession (Producteurs, Usiniers, Transformateurs et Exportateurs) pour un échange en vue d’adopter une position commune autour d’une initiative globale.

Le Président du Conseil Exécutif du CICC a ouvert les deux sessions par un mot de bienvenue, expliquant la pertinence de celles-ci et les enjeux autour de ces 02 sujets. La parole a ensuite été donnée au Secrétaire Exécutif pour baliser le cadre des échanges, en proposant un ordre du jour.

S’agissant de la mise en place d’une plateforme nationale de veille informative sur les procédures de règlementation européenne, les exportations dans les filières agricoles en général et du cacao / café en particulier font face à des blocages, dus pour la plupart à certains facteurs sanitaires et phytosanitaires : résidus de produits chimiques, que les règlementations européennes considèrent comme impropres à la consommation. Cette plateforme réunira les trois principaux organes de la filière, notamment le CICC, le MINADER (Ministère de l’Agriculture et du Développement Durable), l’ONCC (Office National du Cacao et Café). L’enjeu est clair : se doter d’outils innovants, pour anticiper et encadrer la production de manière à la rendre éligible sur les marchés internationaux. S’en sont suivis des échanges et propositions pour mutualiser les avis autour de ce sujet.

La deuxième session, également introduite par le Président du Conseil, portait sur le Programme « Femme rurale dans le café » mis en œuvre par le CICC. Objectif, consolider l’initiative déjà entreprise dans le secteur du cacao, en l’étendant à l’ensemble de la filière café.

Rappelons-le, le Programme « Femme rurale dans le café » vise à autonomiser les femmes vivant dans les zones rurales en mettant à leur disposition de moyens de formation, de production, et de suivi de leur hectare de cacaoyère. Cette initiative, a été chaudement saluée par les femmes présentes, qui parlaient au nom des futures bénéficiaires de ce programme, pour remercier le Conseil d’avoir entendu leurs réclamations.

C’est le Président du Conseil Exécutif qui a clos ces deux sessions, par un mot de conclusion, saluant l’assemblée pour leur présence et leur intérêt vivement exprimé.

Assemblée générale LadyAgri du 21 juin 2022

Le 21 juin 2022 à 17h, s’est tenue en vidéoconférence, l’Assemblée Générale 2022 de LadyAgri, une association internationale de promotion et d’accompagnement de l’entrepreneuriat agricole féminin. Y ont pris part Mme Hilary BARRY, Fondatrice et Secrétaire générale de l’association, Mme AYELE GABIAM, co-fondatrice et Directrice et de nombreux partenaires internationaux, dont le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café (CICC) entre autres.
A l’ordre du jour :
–     Le mot de bienvenue de la Secrétaire générale
–     Présentation des partenaires et bilan d’activité de l’exercice en cours
–     Prise de parole des différents intervenants et partage d’expérience
– Questions/ réponses
 L’interprofession y a pris deux fois la parole : d’abord le Secrétaire Exécutif, M. Omer MALEDY relativement aux bilans financiers de l’exercice, puis Mme NGO MINYEM, partenaire LadyAgri, qui s’est exprimée au nom des femmes du CICC, sur la participation active du Conseil dans le déroulement des projets encore en cours, notamment avec le partenaire Cargill et les perspectives.
Objectif affirmé, soutenir l’entrepreneuriat et le leadership agricoles féminin à travers différents programmes tels que « Pépite » en Guinée, l’accès au financement des coopératives agricoles au Kenya, au Ghana et en Zambie, le financement inclusif dans la chaine de valeurs du manioc en Côte d’Ivoire ou, plus proche de nous, la promotion de l’agri entrepreneuriat féminin dans les communautés cacaoyères du Cameroun.
Après discussions et échanges, la réunion s’est terminée à 18h30 par le mot de la fin de Mme Hilary BARRY, clôturant ainsi l’exercice 2021-2022 et ouvrant le champ à un horizon plus grand pour la prochaine saison.

Relance de la filière cacao

Les principaux acteurs se concertent

Les 8 et 9 juin 2022, dans la salle de réunion de Conseil interprofessionnel du cacao et du Café, s’est tenue une réunion conjointe CICC – MINADER – SODECAO, aux fins d’harmoniser leur compréhension du Document Stratégique de Développement de la Culture du Cacao au Cameroun, (contribution du pad-cacao).

Ce document est rédigé par le Ministère de l’Agriculture et du développement Rural (MINADER, avec l’appui financier du Conseil Interprofessionnel du cacao et du café (CICC) et l’analyse économique par l’Institut International pour l’Agriculture tropicale (IITA) et la contribution de la Société de Développement du Cacao (SODECAO) et les Fonds de Développement du Cacao et du Café (FODECC), adresse les problématiques des faibles niveaux de productivité du verger cacao et de compétitivité de la matière première cacao.

Objectif affirmé, contribuer à l’accroissement de la production nationale d’un cacao de qualité à l’effet de garantir la durabilité des économies cacaoyères d’ici à cinq (05) ans, en accompagnant les structures dédiées à la production et diffusion du matériel végétal performant à contribuer à l’amélioration de la productivité des exploitations et la qualité du cacao. Production de matériel végétal performant, l’amélioration de la productivité des exploitations et accroissement de l’offre en cacao de qualité sont ainsi visés.

Les bénéficiaires concernés par ce projet dont le cycle de vie est de 05 ans (2022-2026) sont les producteurs de cacao, les entrepreneurs agricoles, les encadreurs techniques, coopératives et faitières, les acheteurs, les associations de consommateurs, les transporteurs, … des régions de l’Adamaoua, du Centre, de l’Est, du Littoral, du Nord-Ouest, du Sud, de l’Ouest et du Sud-Ouest, soit un total de 36 bassins de production.

Les monitorings interne, à mi-parcours et final seront assurés par le comité de pilotage, sous la supervision du Minader.