La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chronique des matières première du 05 juillet au 11 juillet 2022

CACAO

Dans cette évolution en dents de scie des cours du cacao ces derniers mois, la semaine écoulée a été à la hausse. A Londres, la tonne de fèves est passée de £ 1 715 (1 324 422 FCFA) vendredi dernier à £ 1 769 (1 366 123 FCFA) hier soir sur l’échéance septembre, tandis que New York évoluait de $ 2 314 (1 787 004 FCFA) à $ 2 386 (1 842 606 FCFA).
Les acteurs sur le marché attendent les chiffres de broyages qui devraient être publiés à partir de la semaine prochaine par les différentes grandes régions de consommation, l’Europe devant ouvrir le bal mercredi.
En Côte d’Ivoire, les pluies importantes de la semaine dernière devraient permettre aux caféiers de fleurir davantage mais devraient nécessiter davantage de couverture solaire d’après les planteurs, pour une belle récolte la campagne prochaine qui s’ouvrira début octobre.
Depuis le début de la saison, les prix du cacao n’ont généralement pas connu de mouvement notable bien que les prix au sein du marché plus large des produits de base ont connu des tendances ascendantes significatives. Il est bien connu que l’offre de cacao, la demande et les stocks font partie des divers facteurs qui déterminent les prix du cacao. Dans ce rapport, la situation actuelle à laquelle sont confrontés ces facteurs seront examinés parallèlement aux prix du cacao.
Au 4 juin 2022, les arrivées de fèves de cacao dans les ports ivoiriens étaient estimées à 1,926 million de tonnes, soit une baisse d’environ 5,1% par rapport au volume de 2,027 millions de tonnes enregistré au cours de la période correspondante de la campagne 2020/21 saison du cacao. Au Ghana voisin, la récolte
2021/22 devrait connaître une chute vertigineuse à environ 800 000 tonnes par rapport au volume historique de 1,047 million de tonnes enregistré au cours de la campagne agricole 2020/21. Comptant pour environ 60% de la production mondiale, le déficit des arrivages de cacao en Côte d’Ivoire et des achats au Ghana, couplé avec une augmentation de la demande mondiale et se traduisant par un déficit de l’offre à trois chiffres aurait normalement dû soutenir le prix du cacao de la saison en cours. Cependant, ce n’est pas la situation pour le moment. Les tendances des niveaux de stocks et du broyage les activités des deux côtés de l’Atlantique retiendront probablement l’attention au fur et à mesure que l’année cacaoyère avancera.

CAFE

Le café a glissé cette semaine, l’Arabica coté à New York passant de $ 4952 (≃3 218 146 FCFA) la tonne vendredi dernier à $ 4862 (3 159 413 FCFA) hier à la clôture sur l’échéance septembre. Le Robusta à Londres est repassé en-dessous de la barre des $ 2000 (1 299 560 FCFA), terminant hier soir à $ 1 945 (1 263 822 FCFA) la tonne contre $ 2 006 (1 303 458 FCFA) en fin de semaine dernière. Le marché subit la faiblesse du real, à son plus bas face au dollar depuis le mois de janvier. Un real faible signifie davantage de café sur le marché et donc des cours mondiaux en baisse. Ceci dit, les producteurs brésiliens ont l’habitude et font de la rétention en attendant que les cours internationaux remontent. Côté champs, après des retards au démarrage, la récolte prend de la vitesse ce qui exerce aussi une pression sur les prix.
En Colombie, la production en juin a été de 951 000 sacs de 60 kg d’Arabica, a annoncé mardi la Fédération du café, en baisse de 10% sur le même mois l’année dernière en raison de conditions métrologiques défavorables.
Quant au Robusta, ce serait les importants volumes sortant du Vietnam qui pèsent sur les cours mondiaux, selon Rabobank, qui estime que la tonne s’échangera entre $ 1 800 (1 169 604 FCFA) et $ 2 100 (1 364 538 FCFA) ce prochain mois.
En Asie encore où, cette semaine, les prix aux planteurs ont baissé par rapport à la semaine dernière. Les caféiculteurs dans les Central Highlands se sont vus offrir 41 800 à 42 300 dongs le kilo ($ 1,79 – $1,81 ≃ 1 163 FCFA – 1 176 FCFA) contre 42 400 – 44 000 dongs la semaine précédente. Ceci s’explique par la baisse des cours sur le marché à terme à Londres la semaine dernière. A l’export cette semaine, les traders vietnamiens ont proposé le Grade 2, 5% brisures et grains noirs, avec une décote de $ 130 (84 471 FCFA) à $ 150 (97 467 FCFA) la tonne par rapport au contrat à terme de septembre contre une décote de $ 150 (97 467 FCFA) à $ 160 (103 964 FCFA) fin juin.
Le Vietnam qui aurait enregistré une hausse de 21,7% de ses exportations sur le premier semestre 2022 pour atteindre 1,03 Mt, soit 17,2 Ms, selon le Bureau général des statistiques. Ses revenus caféiers ont bondi de 50%, à $ 2,3 milliards (1 494 494 000 000 FCFA).
En Côte d’Ivoire, la filière café est vraiment en déroute. Les exportations ont chuté de 31% de janvier à mai, à 10 442 t.

https://www.icco.org/wp-content/uploads/ICCO-Monthly-Cocoa-Market-Report-May-2022.pdf