La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chronique des matières matières du 28 octobre 2022

CACAO

Un marché du cacao drivé cette semaine essentiellement par des facteurs monétaires. Ainsi, à Londres, la tonne (t) de cacao est passée de £ 1 907 (≃1 461 353 FCFA) vendredi dernier à £ 1 869 (≃1 432 233 FCFA) à la clôture hier soir à Londres sur l’échéance mars, tandis que New York grimpait de $ 2 306 (≃1 521 660 FCFA) à $ 2 314 (≃1 526 939 FCFA) la tonne sur décembre.

En Côte d’Ivoire, la météo est favorable à la cacaoculture, boostant les perspectives de production sur la campagne. Mais pour l’heure, les volumes d’arrivages aux ports d’Abidjan et de San Pedro sont faibles, inférieurs de 26,4% par rapport à la même période l’année dernière, à 204 000 t entre le 1er  et le 23 octobre, selon les exportateurs.

Côté entreprise, Barry Callebaut a annoncé hier « l’arrivée de la deuxième génération de chocolat », un chocolat dont le processus de fabrication est repensé à partir du « principe de la culture du cacao et de l’artisanat du chocolat (Cocoa Cultivation & Craft – CCC). Il s’agit d’identifier les caractéristiques propres à chaque fève de cacao et d’en extraire toutes les saveurs, ce qui permet, lors de la fabrication du chocolat, de réduire au maximum le nombre d’ingrédients ajoutés (la vanille, par exemple) et de réduire aussi la quantité de sucre et de lait.

Pour sa part, le géant américain Mondelez International s’engage à dépenser $ 600 millions supplémentaires d’ici 2030 pour lutter contre le travail des enfants, la pauvreté des agriculteurs et la déforestation dans le cacao.

CAFE

C’est la dégringolade ! Le café Arabica coté à New York, est passé de $ 1,909 (≃1 260 FCFA) en fin de semaine dernière à $ 1,7885 (≃1 180 FCFA) hier soir sur l’échéance décembre, tandis que le Robusta à Londres glissait de $ 1 996 (≃1 317 100 FCFA) à $ 1 878 (≃1 239 236 FCFA) la tonne sur janvier. Les deux cafés sont au plus bas en 14 mois. Toutefois, dans une note publiée en début de semaine, le courtier Sucden Financial mise sur un renversement de tendance à court terme.

La bonne pluviométrie au Brésil ces dernières semaines augure d’une bonne récolte chez le leader, voire d’une récolte record. Ce qui, naturellement, pèse sur les cours mondiaux. Ce facteur, conjugué aux inquiétudes quant à l’évolution de la demande, ont provoqué une forte vente de contrats sur ce mois d’octobre, indique Rabobank dans une note de marché.  

Seul facteur qui permet d’éviter que le marché dégringole totalement : le niveau des stocks certifiés de l’ICE au plus bas depuis 23 ans. Les analystes s’attendent à ce qu’ils baissent encore ces prochaines semaines.

En Asie, au Vietnam, les prix intérieurs du Robusta ont chuté pour la troisième semaine consécutive. Nous ne sommes qu’au démarrage de la nouvelle campagne 2022/23, depuis le 1er octobre, et il pleut dans les zones de production ce qui ralentit le murissement des grains : le produit physique ne commencera à sortir des zones de production que fin novembre, est-il estimé.

Quelques transactions sur de faibles volumes ont été réalisées cette semaine à un prix bien en-dessous à celui de la semaine dernière, à 40 900-43 200 dongs le kilo ($ 1,65-1,74) contre 43 300-45 000 dongs. « Les taux de change jouent maintenant un rôle important dans la fixation des prix du café », a expliqué à Reuters un trader établi dans la province de Dak Lak.  « Un dollar plus fort a mis la pression à la fois sur les pays producteurs et les pays consommateurs de café ». A l’export, les traders ont offert du 5% grains noirs et brisés avec une décote allant de $ 150 à $ 170 par rapport au contrat mars à Londres.

En revanche, en Indonésie, la raréfaction du produit a fait basculer de décote à prime le prix payé pour cette origine, le Robusta de Sumatra se vendant à $ 10 au-dessus du contrat novembre à Londres contre une décote de $ 10 la semaine dernière. Sur l’échéance janvier, un trader a même obtenu $ 100 au-dessus de Londres contre +$70 la semaine dernière. Sur l’ensemble du mois de septembre, le pays a exporté 53 269 t de Robusta, quasiment le double par rapport à il y a un an.

En Amérique centrale, région des Arabica Doux, l’Institut du café du Costa Rica (Icafe) estime que la production sur la campagne 2022/23 qui vient de commencer, devrait progresser de 11,5%, à 1,43 million de sacs de 60 kg (Ms) contre 1,82 Ms, car c’est l’année haute du cycle végétal biannuel. En outre, les nouveaux plants devraient donner davantage. En 2021/22, les exportations avaient chuté de 8,8% par rapport à la campagne précédente.

http://www.commodafrica.com/28-10-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-27-octobre-2022