La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chronique des matières première du 20 au 27 juin 2022

CACAO

Un tour pour rien sur le marché du cacao à New York où la position septembre a clôturé jeudi soir au même prix qu’on l’avait laissé vendredi soir, à $ 2 433 (≃1 516 294 Fcfa)  la tonne. En revanche, la fève à Londres a gagné du terrain, évoluant de £ 1 745 (≃1 330 667 Fcfa)  à £ 1 758 (≃1 340 580 Fcfa) hier soir sur la même échéance septembre.

En Côte d’Ivoire, les fortes pluies tombées la semaine dernière devraient booster le développement des cacaoyers pour la prochaine récolte principale 2022/23 qui courra d’octobre à mars prochain. Quant aux arrivages aux deux ports ivoiriens, depuis le 1er octobre au 19 juin, ils ont totalisé 1,943 Mt, soit en baisse de 5% par rapport aux volumes enregistrés sur la même période la campagne dernière.

Côtés entreprises, le géant de la confiserie Mars Inc., qui fabrique notamment les M&M’s, a annoncé mercredi que son directeur général Grant Reid prendrait sa retraite en fin d’année. Son successeur, Poul Weihrauch, préside actuellement la branche des produits pour animaux du groupe, Global Petcare. Grant Reid a rejoint la multinationale en 1988 et en est devenu son CEO en 2014.

Autre nouvelle, Toblerone ne sera plus exclusivement produit en Suisse mais aussi en Slovaquie. Un tournant pour les montagnes suisses chocolatées…

CAFE

Le cours de la livre (lb) de café Arabica sur le marché à terme de New York est passé de $ 2,274 (≃1 417 Fcfa)  vendredi dernier sur l’échéance septembre à $ 2,29  (≃1 427 Fcfa)  à la clôture jeudi soir, tandis que le Robusta évoluait de $ 2 079 (≃1 295 674 Fcfa)  à $ 2 086 (≃1 300 037 Fcfa)  la tonne sur la même période. La récente très forte hausse des prix a conduit un certain nombre d’acteurs dont les origines comme le Brésil à vendre et ce d’autant plus que le real est tombé jeudi à son plus faible niveau depuis février face au dollar, ce qui rend le café brésilien particulièrement compétitif.  « Au-dessus de $ 2,35 (≃1 465 Fcfa), il y a beaucoup de pression à la vente », a confirmé à Reuters un trader aux Etats-Unis.

Toutefois, toujours au Brésil, la récolte connait des retards, ce qui soutient les cours. Au 21 juin, 35% des superficies avaient été récoltées contre 40% à la même période l’année dernière et 44% en moyenne ces cinq dernières années. Ceci dit, Safras estime la récolte 2022 brésilienne à 61,1 Ms soit un volume bien supérieur aux 53,43 Ms attendus par l’agence publique Conab dans ses prévisions annoncées mi-mai. Rappelons que la Conab voyait une hausse de 13,6% de l’Arabica à 35,71 Ms, et de 8,7% du Robusta -le « conilon »- qui atteindrait un record de 17,71 Ms.

En outre, les stocks certifiés sur l’ICE ont encore baissé, s’établissant hier à 975 821 sacs, son niveau le plus faible depuis 22 ans. En effet, l’industrie continue à préférer s’approvisionner en café filiérisé plutôt qu’aux origines. Et, selon des traders interrogés, cette baisse des stocks pourrait durer jusqu’au mois d’octobre, lorsque la nouvelle récolte au Honduras démarrera.

Troisième facteur qui soutient les cours, les investisseurs institutionnels se détournent des marchés des actions, considérés plus risqués actuellement, pour se tourner vers les marchés des matières premières. Enfin, il fait sec au Brésil….

Côté Robusta, la hausse de son prix s’explique cette semaine encore par les volumes limités mis en vente au Vietnam car la campagne tire à sa fin et la prochaine ne commencera que début octobre ; il n’y a donc quasiment plus de volumes, constate-t-on comme toutes ces dernières semaines. Les producteurs dans les Central Highlands ont vendu à des prix en nette hausse cette semaine, à 42 700-43 700 dongs le kilo ($ 1,84-1,88) contre 41 500-42 200 dongs la semaine dernière. A l’export, les traders ont proposé le Grade 2, 5 % brisures et grains noirs, avec une décote allant de $ 140 à $ 150 contre $ 160 la semaine dernière.

En Indonésie, la décote varie de $ 140-150 sur l’échéance juillet à $ 250 sur septembre, selon les traders interrogés par Reuters. « L’offre de café est abondante avec la récolte à Lampung en cours, notamment dans les principales régions de production comme l’Ouest de Lampung et Tanggamus », a indiqué un opérateur. Les volumes exportés de Robusta de Sumatra ont chuté de 72% en mai par rapport à mai 2021, à 2 633,28 t, selon les statistiques officielles. 

Toujours sur le segment du Robusta, l’Ouganda, n°1 africain, a enregistré une baisse de 7,8% de ses exportations durant le mois de mai par rapport à l’année dernière. En cause, la sécheresse qui a impacté les rendements dans certaines des régions productrices du pays. Les expéditions ont totalisé 455 160 sacs de 60 kg, précise Uganda Coffee Development Authority (UCDA). Rappelons que le mois dernier, le Département américain de l’Agriculture (USDA) avait estimé à 6,65 Ms sa production sur la prochaine campagne 2022/23 en raison d’une météorogie favorable, avait-il précisé, et de bons rendements provenant des nouveaux caféiers entrés en production.

http://www.commodafrica.com/24-06-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-23-juin-2022