La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chronique des matières premières du 23 mai 2022

cafe-cacao

CACAO

C’est le chamboule-tout sur le cacao ! Partie de £ 1 779 (≃1 374 455 Fcfa) vendredi dernier sur le marché à terme de Londres, la tonne de fèves a clôturé mercredi 18 mai 2022 à £ 1 743 (≃1 346 641 Fcfa) tandis que New York glissait de $ 2 469 (≃1 529 965 Fcfa).à $ 2 457 (≃1 522 529 Fcfa), tous deux sur l’échéance juillet.

« De fortes pluies ont amélioré les perspectives pour la campagne intermédiaire qui est en cours en Côte d’Ivoire. Ceci pourrait signifier que la baisse jusque-là attendue par rapport à la campagne dernière sera neutralisée », estime Commerzbank.

En Côte d’Ivoire, les arrivages aux deux ports d’Abidjan et de San Pedro ont totalisé 1,841 Mt entre le er octobre et le 15 mai, estiment les exportateurs, en baisse de 3,9% par rapport à la même période la campagne dernière.

Cette semaine, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont réaffirmé leur volonté de travailler ensemble pour le renforcement de leurs stratégies face aux mécanismes de fixation des prix des marchés. Un appel a été lancé aux acteurs de l’industrie du cacao pour l’application du différentiel de revenu décent (DRD).

Enfin, le marché mondial serait déficitaire de 181 000 t en 2021/22 essentiellement dû à la baisse de production au Ghana, selon l’Organisation mondiale du cacao (ICCO) qui a publié lundi son rapport mensuel de marché d’avril.

CAFE

Un café gaillard servi sur un plateau cette semaine, la livre (lb) d’Arabica passant de $ 2,139  (≃1 325 Fcfa), vendredi dernier à $ 2,187 (≃1 355 Fcfa), mercredi 18 mai 2022, tandis que le Robusta à Londres grimpait de $2 040 lb (≃1 264 126 Fcfa), a tonne à $2 080 (≃1 288 913 Fcfa), sur l’échéance juillet. Ceci dit, le marché n’a pas été un long fleuve tranquille car si tout le monde craint les gelées au Brésil, les dernières prévisions indiquent que les plantations d’Arabica, la plus vulnérable des deux variétés de café qui poussent chez le leader mondial du grain, n’ont pas ou très peu impactées par les températures froides attendues tôt mercredi matin. D’où le recul de 4% des cours ce jour-là, face au peu d’impact, les prix se ressaisissant hier.

Car même non impacté à ce jour par le froid, le marché du café demeure haussier en raison du contexte principalement brésilien. Hier, la Conab a révisé à la baisse ses estimations de janvier concernant la production brésilienne en 2022 : la récolte ne serait que de 53,43 millions de sacs de 60 kg (Ms) contre les 55,74 Ms avancées en janvier. Ceci dit, ce volume demeurerait supérieur de 12% à celui de la campagne dernière mais en baisse de 15,3% par rapport au record atteint en 2020. La Conab estime la production d’Arabica à 35,71 Ms, soit 13,6% de plus qu’en 2021 mais en chute libre de 38,78% par rapport à ses prévisions de janvier. « Malgré le cycle positif, la météo sévère en 2021 a sévèrement affectée les rendements qui sont estimés être 23,6% plus bas que lors de la dernière année ’haute ‘ du cycle végétatif biennal de l’Arabica, a déclaré Conab hier. Le Robusta quant à lui, devrait atteindre un record de 17,71 Ms, en progression de 8,7% sur 2021. En janvier, elle l’avait estimée à 16,9 Ms. A fin avril, 5,9% du café au Brésil avait été récolté. En réalité, le marché s’attendait à ce que la Conab révise beaucoup plus sévèrement à la baisse ses précédentes prévisions de récolte de production d’Arabica.

La situation sur le marché mondial sera, de toute façon étroite mais on le sait déjà, estime pour sa part l’analyste des marchés des softs Judith Ganes. En outre, les volumes de stocks certifiés de l’ICE New York seront bas.

En Asie cette semaine, et plus particulièrement au Vietnam, leader mondial du Robusta, les stocks de café sont très réduits mais la demande est également très faible. Les producteurs dans les Central Highlands ont vendu quasiment au même prix que la semaine dernière, à 40 600-41 700 dongs le kilo ($ 1,75-1,80) contre 40 500-41 400 dongs la semaine dernière. A l’export, le Grade 2, 5% brisures et grains noirs, s’est vendu avec une décote de $ 230 à $ 270 la tonne contre $ 200 à $ 250 il y a une semaine.

En Indonésie, la décote s’est établie à $ 170 la tonne par rapport à l’échéance juin et à $ 220 par rapport à juillet. Les volumes en vente sont en nette hausse cette semaine et les acheteurs locaux sont très demandeurs. Sur le mois d’avril, les exportations du pays ont chuté de 52% par rapport à avril 2021, à 6 770,97 t.

En Ouganda, les ventes à l’international se sont contractées de 24% en avril, à 407 762 sacs, suite à la sécheresse dans certaines parties du pays qui ont impacté les rendements, a indiqué lundi Uganda Coffee Development Authority (UCDA). En revanche, les recettes à l’export ont flambé, en hausse de 42% sur avril 2021, à $ 70,9 millions.

Cependant, le Département américain de l’Agriculture (USDA) entrevoit la campagne 2022/23 en nette hausse pour atteindre un nouveau record de 6,65 Ms car la météo semble favorable et les nouveaux caféiers montent en puissance. Les exportations de Robusta atteindraient un nouveau record de 6,52 Ms. La consommation nationale devrait aussi reprendre avec le tourisme, les hôtels et restaurants retrouvant des niveaux d’activités plus normales, avec le recul de la pandémie mondiale de la Covid.

Aux Etats-Unis, les stocks de café ont augmenté de 86 308 sacs en avril pour totaliser 5,9 Ms, selon la Green Coffee Association.

http://www.commodafrica.com/20-05-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-19-mai-2022