La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chronique des matières premières du 30 septembre 2022

CACAO

Le cacao a enregistré une belle hausse cette semaine, Londres passant de £ 1 857 (≃1 381 496 Fcfa)   la tonne vendredi dernier à $£ 1 941 (≃1 443 988 Fcfa)   à la clôture hier soir sur l’échéance décembre, tandis que New York sur le même terme grimpait de $ 2 247 (≃1 513 691 Fcfa)  à $ 2 327 (≃1 567 583 Fcfa). Hier les fèves ont même touché un pic d’un an et demi, à £ 1 972 (≃1 467 050 Fcfa).

La raison de cette poussée de fièvre ? Il faut regarder du côté de la livre sterling qui est affaiblie et qui, de ce fait, rend très bon marché l’achat de cacao sur cette place. Car, rappelons que le cacao est quasiment la dernière grande matière première agricole à ne pas être cotée en dollar à Londres.

Alors que la campagne 2021/22 s’achève, les arrivages de fèves aux ports d’Abidjan et de San Pedro en Côte d’Ivoire sont estimés par les exportateurs avoir atteint 2,106 millions de tonnes (Mt) au 25 septembre et ce, depuis le 1er octobre dernier. Ceci représente une baisse de 4,1% des volumes par rapport à la même période la campagne dernière.

En Côte d’Ivoire toujours, les très fortes pluies dans les zones de production font apparaitre une vague de pourriture noire sur les cabosses, ce qui inquiète des planteurs. Ces cabosses infectées sont en plus grand nombre que l’année dernière à pareille époque mais n’auraient pas encore atteint un point de crise, ont-ils indiqué à Reuters.

CAFE

La chance tourne … Cette semaine, c’est l’Arabica qui a enregistré une belle progression alors que le Robusta glissait. A New York, où est cotée la première variété de café évoquée, la livre (lb) est passée de $ 2,2045 (≃1 485 Fcfa) vendredi dernier à $ 2,257 (≃1 520 Fcfa) hier soir sur l’échéance décembre, tandis que le Robusta à Londres glissait de $ 2,232 (≃1 503 Fcfa)  à $ 2 182 (≃1 469 904 Fcfa) la tonne sur le terme novembre.

Rien d‘étonnant sur l’Arabica car les stocks mondiaux certifiés de la bourse de New York sont au plus bas depuis 23 ans. A ceci s’ajoutent les dernières révisions à la baisse de la récolte brésilienne.

En revanche, les exportations du Honduras, qui exporte des Arabica Autres Doux, sont attendues à 5,5 millions de sacs de 60 kg (Ms) sur la nouvelle campagne 2022/23 qui s’ouvre, soit une hausse de 17,7% par rapport à celle qui s’achève.  

Côté Robusta, les caféiers au Vietnam n’auraient pas souffert du passage cette semaine du typhon Noru, un des plus importants typhons en deux décennies. Il a balayé le nord des Central Highlands, la ceinture caféière vietnamienne, mais apparemment sans occasionner des dégâts aux caféiers, ont indiqué des traders sur place à Reuters.

« La nouvelle campagne démarre traditionnellement en octobre mais, en réalité, les nouveaux grains de café n’arriveront qu’en novembre. Les pluies en septembre et en octobre n’abîment que peu ou pas du tout les arbres », explique un des traders. Pour un autre, il est encore trop tôt pour évaluer la qualité des cerises mais il a rappelé qu’étant donné leur coût élevé, certains producteurs avaient réduit la quantité d’intrants utilisés sur les caféiers.

Côté commerce, il n’y a quasiment plus de café à vendre au Vietnam et ce depuis des semaines maintenant, et les quelques lots qui restent se sont vendu au même prix que la semaine dernière, soit à 46 400 – 47 400 dongs le kilo ($ 1,95-1,99).

A noter, toujours s’agissant du Vietnam, que le n°1 mondial du Robusta a enregistré une hausse de 13,7% de ses exportations de café sur les neufs premiers mois de l’année calendaire 2022, pour totaliser 1,3 million de tonnes ou encore 21,7 Ms, a indiqué hier la General Statistics Office. La progression en valeur est encore plus spectaculaire, à +37,6% pour totaliser des recettes de $ 3,1 milliards.

http://www.commodafrica.com/30-09-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-30-septembre-2022