La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chronique des matières premières du 6 juin 2022

CACAO

A New York, le cours du cacao a bien évolué cette semaine, terminant hier soir à $ 2 485 (≃1 519 353 Fcfa)  la tonne (t) sur l’échéance juillet contre $ 2 456 (≃1 501 633 Fcfa) en fin de semaine dernière.  Le marché à Londres est resté fermé jeudi et aujourd’hui pour fête nationale, le cacao ayant clôturé mercredi à £ 1 794 (≃1 377 559 Fcfa), parti vendredi dernier de £ 1 730 (≃1 328 415 Fcfa) sur l’échéance septembre.

L’Organisation internationale du cacao (OIC) a légèrement révisé à la baisse son estimation de déficit pour la campagne 2021/22 en cours : il serait de 174 000 t contre les 181 000 t estimées précédemment. La production est maintenant attendue à 4,92 millions de tonnes (Mt) sur 2021/22, en baisse de 6% sur la campagne précédente, alors que les broyages augmenteraient de 1,5% à 5,05 Mt. L’organisation a également revu ses chiffres sur 2020/21 avec un excédent de 215 000 t.

En Côte d’Ivoire, les arrivages aux ports d’Abidjan et de San Pedro ont totalisé 1,898 million de tonnes (Mt) entre le 1er octobre et le 29 mai, en hausse de 5% par rapport à la même période la campagne dernière, estiment les exportateurs. En Côte d’Ivoire où les pluies ont été au-dessus des moyennes saisonnières la semaine dernière ce qui devrait renforcer la campagne intermédiaire qui court d’avril à septembre. Toutefois, on a besoin de plus de soleil dans les zones de production afin que le cacao sèche bien et pour éviter les moisissures.

A l’export, la Côte d’Ivoire a enregistré une chute de 9,4% des volumes expédiés entre le 1er octobre et fin avril, à 1 144 090 t, selon les données portuaires provisoires publiées le 1er juin. Les exportations de produits du cacao semi-finis et finis (poudre, beurre, chocolat) ont, cumulativement, glissé de 0,3% sur la même période à 279 460 t.

Notons que la Côte d’Ivoire et le Ghana, conjointement, ont publié le 1er juin le différentiel pays payé par les exportateurs de fèves afin d’accroître la transparence sur le marché.

Côté entreprises, Barry Callebaut a lancé sa première usine d’achat, nettoyage des fèves, séchage et exportation en Equateur, a annoncé hier le groupe suisse.

CAFE

Petit coup de mou en cette fin de semaine sur le marché de l’Arabica à New York. Mais sur l’ensemble de la période sous revue, la progression est demeurée belle. Partie de $ 2,2695 (≃1 388 Fcfa) sur juillet vendredi dernier, la livre (lb) a clôturé hier soir à $ 2,3825 (≃1 456 Fcfa) après avoir touché en cours de séance un pic de $ 2,42 (≃1 480 Fcfa) qui n’avait plus été atteint depuis le mois de février. Quant au Robusta coté à Londres, la tonne est passée de $ 2 097 (≃1 282 126 Fcfa) vendredi dernier sur l’échéance juillet à $ 2 136 (≃1 305 971 Fcfa) mercredi soir, hier et aujourd’hui étant fériés au Royaume Uni.

Un marché qui demeure bien soutenu car les flux de café du Brésil et d’Amérique centrale demeurent limités. A noter que l’Arabica du Guatemala a enregistré cette semaine sa plus forte prime d’origine depuis au moins 2010, à 82 cents la livre au-dessus de la cotation du marché à terme de New York. En outre, les stocks certifiés d’Arabica de l’ICE continuent de chuter : ils se situent à 1,04 Ms, leur plus faible niveau depuis la mi-mars. Selon certaines rumeurs, ils devraient encore fondre de 350 000 t prochainement.

En Asie cette semaine, les prix ont grimpé au Vietnam par rapport à la semaine dernière, suivant en cela la belle progression des cours mondiaux du Robusta à Londres alors que les volumes s’amenuisent à l’origine. Les producteurs dans les Central Highlands ont vendu leur café entre 41 400 et 43 100 dongs le kilo ($ 1,78-1,86) contre 40 600 à 41 700 dongs la semaine précédente. A l’export, les traders ont offert le Grade 2, 5% brisures et grains noirs, avec une décote allant de $ 230 à $ 240 la tonne contre $ 250 à $ 270 la semaine dernière. Le n°1 mondial du Robusta a enregistré une hausse de 24,2% de ses volumes exportés sur les 5 premiers mois de l’année calendaire, à 889 000 t, selon les statistiques gouvernementales.

En Indonésie, les grains de Robusta de Sumatra ont été offerts à l’export avec une décote de $ 170 à $ 180 par rapport au contrat juillet de de $ 250 par rapport à septembre. En comparaison, la semaine dernière, les traders ont proposé une décote de $ 170 à 180 sur le contrat juillet et de $ 250 sur celui de septembre. En effet, les prix ont baissé car la récolte bat son plein et les volumes sont conséquents. Mais les exportateurs se heurtent à une forte concurrence de la part des acheteurs pour approvisionner le marché local. « Une société locale achète actuellement d’importants volumes comme si elle craignait que la campagne s’arrête bientôt », explique un trader à Reuters.

Au Brésil, la récolte est en retard par rapport aux autres années. Au 31 mai, 18% des superficies ont été cueillies contre 20% l’année dernière à pareille époque et 23% en moyenne sur les cinq dernières années.

http://www.commodafrica.com/03-06-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-2-juin-2022