La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chroniques des matières premières du 21 février 2022

CACAO

La fève a dégringolé cette semaine. Le marché à terme à Londres a clôturé hier soir à £ 1 740 (≃1 368 657 Fcfa) la tonne parti de £ 1 848 (≃1 453 608 Fcfa) en fin de semaine dernière sur l’échéance mai. A New York, la chute a été toute aussi sévère, cette même échéance mai terminant à $ 2 655 (≃1 533 973 Fcfa) la tonne contre $ 2 811 (≃ 1 533 973 Fcfa) vendredi dernier.

Pourtant, le marché s’inquiète du temps sec et de l’harmattan qui souffle en Côte d‘Ivoire, au Ghana ainsi que dans le sud-ouest du Nigeria, selon Climate42 qui précise toutefois ne pas avoir constaté de pertes de cabosses à ce jour. En outre, les cacaoyers au Cameroun et dans l’est du Nigeria ne seraient pas impactés par l’harmattan. Mais « les régions côtières de Côte d‘Ivoire et du Ghana devrait voir une détérioration de leur canopée et un développement en dessous de la moyenne jusqu’à ce que les pluies reviennent -mais pas de pertes nettes de cabosses », précise encore Climate42. Donc, prudence avant de tirer toutes les sonnettes d’alarme… Et ce d’autant plus que l’expert estime : « Les derniers arrivages de la récolte principale ne devraient pas souffrir de pertes significatives. Cependant, la récolte intermédiaire a perdu de son potentiel sur les arrivages allant de juin à début août et l’apparition de nouvelles cabosses devrait être extrêmement faible jusqu’à ce que les pluies reviennent. »

La météo et les températures seront décisives ces deux prochaines semaines pour le bon développement des cabosses pour le début de la campagne intermédiaire en Côte d’Ivoire et au Ghana.

En Côte d’Ivoire où les arrivages aux ports ont totalisé 1,474 Mt entre le 1er octobre et le 13 février, estiment les exportateurs, ce qui représente une hausse de 3,7% par rapport à la même période la campagne dernière.

CAFE

L’Arabica a terminé hier soir en légère baisse par rapport à vendredi dernier, l’échéance mai clôturant à $ 2,5065 la livre (lb) (≃1 437, 001 Fcfa) contre $ 25205 (≃14 543Fcfa) en fin de semaine dernière, tandis que la tonne de Robusta, sur les mêmes périodes et échéance, grappillait quelques dollars en passant de $ 2 270 (≃1 309 724 Fcfa) à 2 274 (≃1 312 032Fcfa).

Selon certains négociants interrogés par Reuters, les détaillants de café sont en train de faire passer au consommateur final le poids du renchérissement de la matière première. Le patron de Nestlé l’a déclaré hier en annonçant ses résultats, tout comme Starbucks ou encore Luckin Coffee et Tim Hortons dans leurs magasins en Chine qui ont augmenté leurs prix de $ 0,16 à $ 0,47)

Rappelons qu’en fin de semaine dernière, l’Arabica était à son prix le plus élevé en dix ans avec des stocks au plus bas depuis 20 ans…. En effet, depuis fin 2021, les volumes certifiés stockés ont réduit d’un tiers environ, totalisant 1,01 million de sacs (Ms) le 17 février contre 1,541 Ms fin 2021. Ceci explique que le marché soit en déport actuellement. Toutefois, il semblerait qu’il soit en train de se stabiliser. Pour méoire, les stocks certifiés de l’ICE US sont à Anvers, Hambourg/Bremen, Houston, New York et en Virginie ; actuellement, les plus gros volumes de café certifié et stocké viennent du Honduras et du Brésil, comme souvent.

Si on prend la situation aux Etats-Unis seulement, l’Association du café vert (GCA) a indiqué mardi que les stocks dans les entrepôts outre-Atlantique avaient chuté en janvier de 37 851 sacs de 60 kg, totalisant ainsi 5,79 Ms, son cinquième mois consécutif de baisse. Les stocks sont au plus bas depuis juin dernier et il faudra bientôt remonter à la mi-2015 pour retrouver de si faibles volumes entreposés. En effet, les torréfacteurs américains confrontés à des taux de fret élevés et à des délais importants puisent dans les entrepôts sur place. La situation est telle que certains analystes s’attendaient à ce que la baisse des volumes stockés soit encore plus forte que celle annoncée par le GCA. Rappelons que les statistiques du GCA comprennent les volumes de café certifié de l’ICE US mais aussi des stocks de café détenus par d’autres.

Sur les marchés du Robusta en Asie, les prix au Vietnam ont grimpé cette semaine. Les producteurs dans les Central Highlands ont vendu leur café entre 40 500 et 42 000 dongs ($ 1,78-$1,84) le kilo contre 39 900-40 600 dongs la semaine dernière. « Les prix intérieurs sont plus élevés cette semaine mais les producteurs vendent leurs grains par petites quantités, pariant sur une hausse des prix à venir », a expliqué à Reuters un trader. Ils auraient vendu à ce jour environ 50 à 60% de leurs stocks. A l’export, le Grade 2, 5% brisures et grains noirs, a été vendu avec une décote d’environ $ 360 par rapport au contrat de juillet coté à Londres. Rappelons que la semaine dernière, la décote était de $ 250 à $ 300 sur le contrat mai. Sur le mois de janvier, le Vietnam a exporté 163 324 t de café, en baisse de 3,6% en volume et de 2,2% en valeur à $ 370,6 millions par rapport au mois de décembre, selon les statistiques douanières.

Quant à l’Indonésie où il ne reste quasiment plus de café, les décotes ont oscillé entre $ 130 et $ 200 par rapport aux échéances avril et mai sur le terme à Londres. « Les marchés sont encore assez calmes après les vacances du Nouvel an lunaire, parallèlement à la hausse des cas du variant Omicron », a indiqué un trader.

Au 8 février, le Brésil avait déjà vendu 32% de sa récolte estimée 2022/23. Ceci est en nette hausse par rapport à début février 2021 lorsqu’on était seulement à 21% mais en progression de seulement 1% par rapport à début janvier. Les ventes anticipées ont donc piétiné ces dernières semaines…. Les ventes d’Arabica représentent 37% de la production attendue contre 28% l’année dernière et le Robusta 19% contre 9%.

http://www.commodafrica.com/18-02-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-17-fevrier-2022