La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chroniques des matières premières du 3 février 2022

CACAO

Le cacao reprend des couleurs cette semaine ! Partie de £ 1 696 (≃1 313 625 Fcfa) à Londres vendredi dernier, la tonne de fèves a clôturé à £ 1 754 (≃1 358 548 Fcfa). New York a eu le même succès, les fèves passant de $2 494 (≃ 1 931 540Fcfa) à $ 2 634 (≃ 2 039 967 Fcfa) la tonne également. Selon Citigroup, le cours du cacao serait actuellement un juste reflet du marché. Il estime que le marché mondial sera déficitaire de seulement 85 000 t.

Néanmoins, le marché s’inquiète du temps sec chez le n°1 mondial de la fève, la Côte d’Ivoire étant effectivement dans sa saison sèche qui dure du mois de novembre jusqu’en mars. Le manque de pluies conjugué aux températures élevées pourraient réduire la taille des fèves à partir du mois prochain et impacter aussi la récolte intermédiaire.

Pour l’instant, les arrivages de cacao aux ports de San Pedro et d’Abidjan ont totalisé 1,34 Mt entre le 1er octobre et le 30 janvier, selon les chiffres des exportateurs, en hausse de 1,5% par rapport aux 1,32 Mt enregistrés sur la même période la campagne dernière. Quant aux exportations de fèves, les statistiques portuaires font état d’une baisse importante, de l’ordre de 15% à 382 864 t, des expéditions sur la période d’octobre à décembre.

Sur les huit premiers mois de l’année calendaire 2021, le Nigeria a enregistré une hausse de 43,5% de ses exportations de fèves par rapport à la même période l’année précédente, à 100 779 tonnes (t), selon les statistiques de la Federal Produce Inspection Service (FPIS). A noter que ses exportations de janvier à août 2020 n’avaient totalisé que 70 202 t mais ont plus que doublé à fin décembre 2020 avec 142 092 t exportées sur l’année. Elles ont aussi augmenté de 9,2% par rapport aux 130 071 t en 2019, selon le FPIS. Selon l’analyste matières premières Robo Adhuse, certaines expéditions qui devaient être faites en 2020 se sont reportées sur 2021 en raison de la congestion portuaire à Lagos. L’association de l’industrie du cacao estime la récolte 2021/22 (octobre/septembre) du n°5 mondial à 280 000 t.

Vendredi dernier, le Groupe de travail d’experts sur les stocks (EWGS, de son sigle anglais) de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) a estimé qu’au 30 septembre 2021, soit à la fin de la campagne 2020/21, les stocks mondiaux estimés de cacao ont atteint 1,764 million de tonnes (Mt) contre 1,315 Mt la campagne précédente, en hausse de 34,1. Une hausse due en partie par la disponibilité des statistiques asiatiques, ce qui n’était pas le cas pour les statistiques précédentes. Ceci pourrait conduire l’ICCO à réviser son estimation de 212 000 t d’excédent mondial de cacao dans sa prochaine publication fin février. Côté entreprises, les ventes nettes du géant américain des confiseries Hershey ont bondi de 10,1% pour totaliser $ 8,971 millions sur l’ensemble de l’année 2021. Son revenu net a atteint $ 1 477,5 millions. Ainsi, le revenu par action augmente de 14,3% à $ 7,19. Quant à 2022, le groupe souligne que la volatilité devrait être plus forte qu’habituellement en raison, certes, de la Covid mais aussi des coûts logistiques plus élevés et de la hausse des matières premières et du coût de la main d’œuvre

CAFE

Le café est robuste ! La livre (lb) d’Arabica est passée de $2,359 (≃1 827128 Fcfa) en fin de semaine dernière à $ 2,439 (≃1 889 091 Fcfa) la semaine dernière, tandis que la tonne de Robusta clôturait à $ 2 234 (≃1 730 311 Fcfa) contre $ 2 193 (≃ 1 698 430 Fcfa) en fin de semaine dernière. Mais la semaine n’a pas été un long fleuve tranquille, le Robusta tombant lundi à son plus faible prix en trois mois.

C’est le faible rythme d’expéditions du Brésil qui soutient les cours ainsi que la baisse rapide des stocks certifiés. En effet, les exportations du Brésil sur le mois de janvier ont chuté de 19% à 178 093 t de café vert contre 221 966 t en janvier 2020, selon le ministère du Commerce. Quant aux stocks certifiés sur l’ICE de New York, ils ne cessent de baisser à 1 149 999 sacs contre 1 218 627 sacs le 31 janvier. On s’achemine vers les plus bas enregistrés en 2020 et qui eux étaient les plus bas en 20 ans.

En revanche, l’inquiétude provoquée par le risque de hausse des taux d’intérêts aux Etats-Unis ce qui renforce le dollar renchérit toutes les matières premières dont le café puisque les transactions se font en billet vert. En outre, le négoce n’a guère envie d’emprunter pour acheter des matières premières si les taux augmentent.

Côté Asie, il n’y a pas de ventes de café cette semaine car on célèbre le Nouvel an. En revanche, des nouvelles nous viennent du Honduras (plus important producteur d’Arabica d’Amérique centrale) dont les exportations de café ont augmenté de 12,3% en janvier par rapport à janvier 2020, à 522 865 sacs de 60 kilos. Les ventes cumulées depuis le début de la campagne en cours, soit depuis début octobre, totalisent 1 003 680 sacs, en progression de 34,9%. Le pays a pour objectif d’exporter 5,8 Ms sur l’ensemble de la campagne 2021/22.

Côté Afrique, la Côte d’Ivoire n’a exporté que 28 026 t de café sur l’année calendaire 2021, en chute libre de 58% par rapport à 2020, selon les données provisoires portuaires du pays.

http://www.commodafrica.com/04-02-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-3-fevrier-2022