La chronique des

MATIERES PREMIERES

De benedicte châtel

Chroniques des matières premières du 7 mars 2022

CACAO

Le cacao a perdu de la valeur durant cette période sous revue, la tonne sur le marché à terme de Londres glissant de £ 1 729 (≃1 042 758 Fcfa) en fin de semaine dernière à £ 1 701 (≃1 025 871 Fcfa), le mercredi 02 mars 2022, tandis qu’à New York, on est passé de $ 2 614 (≃1 576 501 Fcfa) à $ 2 562 (≃1 545 139 Fcfa) la tonne.
En Côte d’Ivoire un projet pilote sera lancé en avril pour retracer les fèves de cacao de la ferme au marché, dans le but de s’attaquer à des problèmes tels que la déforestation et le travail des enfants, a rappelé hier le patron du Conseil café-cacao (CCC), Yves Brahima Kone. En effet, à ce jour, le CCC avait un logiciel pour retracer les fèves de cacao des fermes aux centres de stockage, puis aux ports, mais le chaînon manquant était des fermes aux centres de stockage, rapporte Reuters. Le nouveau système permettra aussi aux agriculteurs d’obtenir le prix garanti à la ferme suite à l’intégration d’un système de paiement électronique en partenariat avec le groupe bancaire Visa.
Toujours en Côte d’Ivoire, les arrivages aux ports d’Abidjan et de San Pedro ont totalisé 1,576 Mt depuis le début de la campagne 2021/22, le 1er octobre, et le 27 février, estiment les exportateurs. Ceci représente une hausse de 4,5% par rapport à la même période la campagne dernière. A noter que le temps demeure très chaud et très sec chez le n°1 mondial de la fève, avec un niveau de pluviométrie bien inférieur aux moyennes de ces dernières années, ont indiqué les cacaoculteurs à Reuters. Ceci devrait bien impacter la récolte intermédiaire qui démarre le 1er avril.
Au Ghana, la faiblesse de la campagne en cours se confirme. Du 1er octobre au 10 février, les arrivages de sacs scellés et gradés ont totalisé 733 000 t, en baisse de 41,3% par rapport à la même période en 2020/21, a annoncé hier le Cocobod qui maintient sa prévision de 800 000 t de production totale cette campagne.
La campagne 2021/22 sera déficitaire de 181 000 t, a déclaré en début de semaine l’Organisation internationale du cacao (ICCO). La production baisserait de 5,2% à 4,96 Mt, estime l’ICCO, alors que les broyages augmenteraient de 2,6% à 5,09 Mt grâce à la baisse du prix du cacao et l’allègement des mesures de restrictions liées à la Covid. Les prévisions de production en Côte d’Ivoire sont ramenées à 2,2 Mt, très légèrement en baisse par rapport aux dernières estimations de 2,248 Mt et par rapport à la dernière campagne. Elle demeure à des niveaux record sur une base historique. Au Ghana, la production serait de 822 000 t contre 1,047 Mt en 2020/21.

CAFE

A l’instar du cacao, les grains de café ont dégringolé mercredi à leurs plus faibles prix depuis septembre dernier, l’ensemble de la semaine s’inscrivant ainsi en baisse. Partie de $ 2,3865 (≃1 439 Fcfa) vendredi dernier, la livre (lb) d’Arabica à New York a clôturé hier soir à $ 2,229 (≃1 344 Fcfa), tandis que le Robusta coté à Londres passait de $ 2 178 (≃1 313 549 Fcfa) la tonne en fin de semaine dernière à $ 2 013 (≃1 214 038 Fcfa).
Plusieurs facteurs expliquent cette tendance. Tout d’abord, les fonds spéculatifs ont vendu. Deuxièmement, le commerce de café avec la Russie est impacté car les opérateurs craignent de ne pas être payés et les livraisons devraient baisser : les traders cherchent maintenant à se faire payer à l’avance sur tout nouvel ordre d’achat russe car les sanctions mondiales impactent le système financier du pays. « J’ai de gros clients en Russie », explique à Reuters un trader au Vietnam. « Avec les sanctions actuellement imposées au pays, je me demande si mon café prêt à être expédié pourra être livré et comment mes clients pourront me payer. »
Troisièmement, si la récolte brésilienne est faible, les volumes mis sur le marché par le n°1 mondial sont en hausse, la filière voulant compenser la baisse de valeur par la hausse de volumes : en février, 208 511 tonnes de café vert ont été exportées du Brésil contre 191 099 t en janvier 2021. « De plus faibles livraisons à la Russie pourrait soulager un peu le marché du café qui est étroit à cause de la faible récolte brésilienne », explique Commerzbank dans sa note de marché. Il y a aussi des discussions pour accroître les ventes des caféiculteurs au Brésil face aux prix qui baissent.« 
En Asie, les prix au Vietnam ont été impactés par la chute des cours mondiaux du café à cause des très fortes turbulences qui agitent tous les marchés mondiaux du fait des sanctions économiques contre le Russie liées à la guerre en Ukraine. Au Vietnam cette semaine, les planteurs des Central Highlands ont vendu leur café entre 38 900 dongs le kilo et 41 000 dongs ($ 1,70-1,80), en baisse par rapport aux 40 600-41 800 dongs la semaine dernière. Au port, du café n’arrive pas à être expédié, le tout attisé par des coûts de fret qui demeurent exorbitants. A l’export, le Grade 2, 5% brisures et grains noirs, a été proposé cette semaine avec une décote de $ 325 la tonne sur le contre juillet contre -$ 330 à $ 340 la semaine dernière.
Notons que les volumes de café exportés du Vietnam en janvier et février ont augmenté de 3,4% par rapport à la même période l’année dernière, pour totaliser 293 000 t ou encore 4,8 millions de sacs de 60 kg (Ms), selon les statistiques nationales officielles. Beaucoup plus spectaculaire est la hausse prodigieuse de 35,6% de la valeur de ses exportations qui atteignent ainsi $ 674 millions sur ces deux mois.
En Colombie, la production a chuté de 16% en février, à 928 000 sacs de café Arabica lavé contre 1,1 Ms en février 2021. Les exportations ont également dégringolé de 23% en février à 980 000 sacs. Rappelons que la production de café en Colombie avait déjà baissé de 9% en 2021 à 12,6 Ms, la seconde année consécutive de déclin.
Dans le segment des Arabica Doux, le Honduras a annoncé une hausse de 3,1% de ses exportations de café en février, à 661 580 sacs de 60 kg, ce qui est nettement inférieur à la progression de 12,3% en janvier. Depuis le démarrage de la campagne, début octobre, les exportations ont bondi de près de 19% à 1,64 Ms, selon les chiffres de l’Institut national de café. Ceci dit, la récolte sera moindre cette année que la précédente et on s’attend à ce que, sur l’ensemble de la campagne, les exportations n’atteignent que 5,07 Ms, en baisse de 12,8% sur la campagne précédente.

http://www.commodafrica.com/04-03-2022-la-chronique-matieres-premieres-agricoles-au-3-mars-2022