Cameroun – cacao : Les prix bord champs résistent aux pluies

Revue Cameroun – cacao : Les prix bord champs résistent aux pluies
Admin 30 Août 2019 cameroun,OIC,cacao,café, #Coffeepledge

Selon les pointages du Système d’Information des Filières (SIF), le kilogramme de cacao est encore vendu à 1010 FCFA au minimum au 29 août, contre un maximum de 1040 FCFA et ce malgré la saison des pluies qui bat son plein au Cameroun.

Ces prix, stables depuis la fin de la semaine dernière, sont cependant en légère baisse par rapport au début de la semaine passée, au cours de laquelle la borne supérieure des prix aux producteurs camerounais affichait 1050 FCFA le kilogramme de fèves.

Cette belle résistance des prix, malgré une saison des pluies qui rend difficile l’accès aux bassins de production, peut s’expliquer par une augmentation de la demande de fèves. Cette demande croissante est elle-même consécutive à l’arrivée de nouveaux broyeurs sur le marché (Neo Industry et bientôt Atlantic Cocoa), d’une part, et l’augmentation des capacités de broyage d’anciens opérateurs (Sic Cacaos), d’autres part.

Source : Investir au Cameroun

L’OIC lance la Journée internationale du Café 2019 et le #Coffeepledge

L’OIC lance la Journée internationale du Café 2019 et le #Coffeepledge

Cette année, pour la Journée internationale du café, le 1er octobre prochain, l’Organisation Internationale du Café (OIC) s'emploie à mettre en lumière le sort des caféiculteurs, la menace qui pèse sur leurs moyens de subsistance et la nécessité de prendre des mesures collectives.

En raison de la chute spectaculaire des prix du café - le plus bas depuis 15 ans - des millions de caféiculteurs ne gagnent plus assez pour vivre ou pour subvenir aux besoins de leur famille. Une étude indépendante montre que les producteurs reçoivent l'équivalent d'un cent (moins de 6 Fcfa) pour une tasse de café de 3 Dollars US (Environ 1779 Fcfa). Si les choses ne changent pas, les caféiculteurs seront contraints d'abandonner les plantations de café. L'OIC demande donc à tous ceux qui sont impliqués dans le café, des producteurs aux torréfacteurs, en passant par les gouvernements, les banques et les consommateurs de café, de signer l'engagement #coffeepledge, afin de soutenir un revenu de subsistance pour les caféiculteurs.

Pour rappel l'Organisation internationale du café (OIC) est la principale organisation intergouvernementale pour le café, réunissant les gouvernements exportateurs et importateurs pour relever les défis auxquels le secteur mondial du café est confronté par la coopération internationale. Ses gouvernements Membres représentent 98% de la production mondiale de café et 67% de la consommation mondiale.

Source : Comunicaffe